Italie 1-1 Paraguay : Squadragénaire

Ne faites pas attention au titre, c’était simplement pour placer le jeu de mot. Car malgré leur contre-performance, les Italiens ont montré un tout autre visage que celui affiché lors des matchs de préparation face au Mexique et à la Suisse. Pendant 20 minutes, ils ont complètement étouffé une formation paraguayenne prometteuse au moment d’entrer sur la pelouse. Derrière, un but sur coup-franc les a obligés à cravacher pour revenir au score. Le nul est un moindre mal. Mais une grande Nazionale l’aurait emporté dans les arrêts de jeu. Comme d’habitude quoi.

Le match.

Comme évoqué dans l’introduction, l’Italie a impressionné sur le premier quart de la rencontre. Le schéma de Lippi a étouffé le Paraguay dans l’entrejeu, coupant la relation entre les milieux axiaux et les attaquants de l’Albirroja. Malheureusement, la Squadra n’a pas réussi à convertir ses rares occasions. Le Paraguay est ensuite revenu dans le match : en décrochant, Valdez s’est rendu plus disponible pour ses milieux de terrain. Fort dans la conservation de balle, l’attaquant de Dortmund tenait la balle en attendant que ses coéquipiers franchissent la première ligne italienne.

Le Paraguay s’est alors retrouvé plus haut… Et on a pu découvrir une défense italienne aussi hésitante que pendant la préparation. Comme un symbole de sa faiblesse du moment, elle craque sur coup de pied arrête (Alcaraz, 0-1). La mi-temps arrive. Au retour des vestiaires, Lippi change sa formule : le 4-2-3-1 qui combine au milieu de terrain laisse sa place progressivement à un 4-4-2 (tendant vers le 4-2-2-2 en phase de transition) tout en verticalité pour que la remontée du terrain aille plus vite que le repli de l’adversaire.

Sur une action de ce type, Iaquinta obtient le corner qui aboutira sur l’égalisation de la Squadra Azzura par de Rossi. Le score ne bougera plus : les Italiens butent sur Villar qui se rattrape de sa sortie sur le but égalisateur et les Paraguayens n’ont pas les jambes pour faire mieux que résister dans le dernier quart d’heure. C’est donc le partage des points entre deux équipes qui devront faire très attention à la Slovaquie de Hamsik si celle-ci venait à l’emporter demain face à la Nouvelle-Zélande.

4-2-3-1 : une seule formule.

Après l’Allemagne, c’est au tour de l’Italie de donner quelques pistes à Raymond Domenech pour un 4-2-3-1 efficace. Pendant les 20 premières minutes de la rencontre, les Transalpins ont livré un véritable récital tactique. Sans le ballon, le milieu italien se transformait en une ligne de quatre très compacte couverte par le seul de Rossi. La défense réussissant à tenir très haut, les latéraux couvraient les espaces laissés dans les couloirs et permettaient à l’équipe d’étouffer complètement le Paraguay au milieu de terrain.

Mais c’est surtout avec le ballon que la recette a parfaitement fonctionné. Et pour cause (attention, petit instant prétentieux), l’animation italienne reprenait les codes que j’évoquais dans l’après-midi en conclusion de mon article sur l’Allemagne (voir l’article). Montolivo et de Rossi se sont offerts plusieurs raids depuis le rond central pour percer le premier rideau adverse avant de décaler leurs ailiers lancés vers le but (Iaquinta en tête). Une fois le travail de fixation réussi dans l’axe, la finition se mettait en place sur l’aile avec des travaux à deux (ailier/latéral) ou trois (ailier/latéral/milieu).

A noter aussi l’excellent travail en décrochage de Simone Pepe en première période. Positionné sur l’aile droite, l’ailier est plusieurs fois redescendu pour se positionner en tant que point d’appui entre l’axial gauche paraguayen et le milieu italien portant le ballon. Ce dernier le sollicitait alors pour une remise dans la course qui lui permettait de franchir la première ligne adverse sans avoir à effacer un adversaire direct. Derrière, il enchaînait ensuite par un décalage côté gauche pour Iaquinta ou Criscito qui se chargeait de lancer la fin du mouvement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *