Ligue 1 (season finale) : les créateurs en chiffres

Après s’être attaqué aux cas des gardiens et des buteurs, place au troisième (et dernier ?) volet de notre bilan de la Ligue 1 2016-17. Sujet du jour : la production offensive et les créateurs. En deux questions : qui sont les joueurs qui se sont le plus souvent retrouvés à la fin des actions de leurs équipes (passes-clés et tirs) ? Et surtout, quels sont ceux qui produisent le plus d’actions de qualité ?

Production offensive : Di Maria, Depay et les autres 

Commençons par le plus simple en combinant les tirs et les passes-clés pour voir qui se retrouve le plus souvent à la finition (dernière passe ou tir). Encore une fois, ce sont les données de cotestats.fr qui ont été utilisés pour cet article. Toutes les statistiques sont donc par 90 minutes, sans penaltys ni coups-francs directs (minimum 900 minutes de jeu).

contributiontirs_cpa

Deux joueurs se détachent au sommet en tête de ce top 15 : Angel Di Maria et Memphis Depay. Ce n’est évidemment pas une surprise de retrouver l’Argentin en tête puisque c’était déjà le cas la saison dernière. Débarqué à Lyon en janvier, Depay a été à la hauteur de sa réputation de créateur d’occasions et semble être le seul joueur du championnat en mesure de rivaliser sur la durée avec le Parisien.

Sans surprise non plus, on retrouve une bonne partie de spécialistes des coups de pied arrêtés (Di Maria et Depay donc, mais aussi Payet, Fekir, Valbuena, Boudebouz, Sammaritano ou Sliti). Dans ce premier top, Kylian Mbappé et Alassane Pléa sont les deux joueurs qui dépendent le moins des phases arrêtées pour créer le danger. Ils restent toutefois derrière Di Maria et Depay en terme d’occasions créées dans le jeu.

Et c’est justement le sujet de notre deuxième tableau. Cette fois, ne sont prises en compte que les actions dans le jeu avec une nouvelle séparation : en bleu les tirs, en rouge les passes-clés.

tirs_passescles_jeu

Ce nouveau classement fait 4 victimes : Mathieu Valbuena, Ryad Boudebouz, Frédéric Sammaritano et Naim Sliti en sortent et sont remplacés par François Kamano, Rony Lopes, Nicolas Pepe et Allan Saint-Maximin. En terme de progression intra-top 15, ce sont Alexandre Lacazette (14ème > 5ème) et Karl Toko Ekambi (15ème > 6ème) qui se distinguent.

Contribution en quantité vs. contribution de qualité 

Créer beaucoup est une chose, créer des occasions de qualité en est une autre. Le nuage de points ci-dessous nous permet de visualiser la production offensive d’un joueur (contribution tirs : tirs + passes-clés P90) par rapport à sa contribution aux Expected Goals (Expected Goals + Expected Assists P90), soit la quantité par rapport à la qualité.

Afin de mieux comparer les joueurs, un code couleur a été introduit afin de prendre en compte leurs postes : les attaquants sont en rouge, les milieux offensifs ou ailiers en orange, les milieux axiaux en vert et enfin les latéraux en bleu.

contribution_xG

Angel Di Maria et Dimitri Payet, hyper-actifs mais peu efficaces : 

On se rend ainsi compte que les deux hommes de tête n’ont clairement pas le même rendement. Si Depay produit un peu moins que Di Maria en valeur absolue, ses actions sont de bien plus grande qualité. Le Néerlandais obtient de bien meilleures positions de tir pour lui ou ses partenaires, ce qui explique ainsi la différence entre les deux hommes en terme de xGA (P90) : 0,66 pour Depay, 0,38 pour Di Maria.

Même au PSG, Angel Di Maria n’est pas le milieu offensif le plus efficace. Julian Draxler et Javier Pastore produisent plus que lui en terme de xGA(P90) tout en utilisant moins de tirs et de dernières passes.

Néanmoins, il faut rappeler que le talent entre aussi en ligne de compte : Di Maria est tout à fait capable de marquer dans des positions compliquées. Il a le talent pour déjouer ce modèle des Expected Goals, qui met en avant les joueurs privilégiant les meilleures positions de tir. Dans ce domaine, il reste quand même très en retrait par rapport à Falcao, qui a été d’une efficacité incroyable pour un xGA(P90) pourtant similaire.

dimaria_falcao

Dans une situation assez similaire à celle de Di Maria, il faut citer le cas de Dimitri Payet. Le Marseillais pèse beaucoup dans la production offensive de son équipe (plus de 3,5 tirs P90) pour un rendement extrêmement faible en terme de xGA(P90) : 0,23. C’est beaucoup moins bien que ses coéquipiers Florian Thauvin (0,39 xGA) et Morgan Sanson (0,46 xGA). Même Maxime Lopez, pourtant positionné bien plus bas, est assez proche de son résultat (0,21 xGA pour 1,97 tirs crées).

Là encore, il ne faut pas non plus oublier la capacité de Payet à faire la différence en frappant de loin, sur des tirs au pourcentage de réussite (xG) très faible. Mais comme Di Maria, l’ancien Hammer n’a clairement pas été en réussite (0,14 GA). Sur la demi-saison, il n’a été que le 4ème homme de l’attaque marseillaise.

Le cas du SCO Angers : 

Dans la même partie de tableau que Payet, on retrouve trois joueurs angevins : Karl Toko Ekambi, Nicolas Pepe et Cheick Ndoye. Leurs positions révèlent une partie des limites de l’équipe de Stéphane Moulin cette saison.

Par rapport à sa première saison en Ligue 1, le SCO a énormément progressé en terme de Tir Ratio (voir ci-dessous). Le duo formé par Toko Ekambi et Pepe n’y est pas étranger : les deux hommes sont capables de créer le danger tout seul. Mais leurs prises d’initiative les mettent rarement dans des positions idéales pour marquer ou faire marquer. Une situation qui explique sans doute la baisse de réussite de l’équipe cette saison.

angers

Pour continuer à progresser en 2017/18, le SCO devra sans doute passer par une amélioration des choix et des déplacements dans les 30 derniers mètres. Moins d’entreprises individuelles et plus de têtes levées, voilà sans doute comment améliorer la 12ème attaque de Ligue 1.

Qui sont les meilleurs passeurs ? 

A partir de maintenant, nous nous concentrerons uniquement sur les passes-clés effectuées dans le jeu. Avec une question au programme : quels sont les joueurs qui mettent leurs partenaires dans les meilleures positions pour marquer ? Pour cela, on prend en compte les Expected Assists (xA), qui permettent de déterminer la qualité d’une passe-clé selon la position du joueur à sa réception. Une donnée intéressante puisqu’elle ne dépend pas ensuite de la qualité du buteur.

Le tableau ci-dessous croise deux données : le nombre de passes-clés distribuées dans le jeu (abscisse) et la qualité moyenne (xA) d’une passe-clé pour chaque joueur (minimum : 0,5 passe-clé P90).

passesclés_expectedassists

Intermittent de la saison parisienne, Javier Pastore est le seul joueur à être au-dessus de la barre des 2 passes-clés dans le jeu par 90 minutes. Une preuve, s’il en fallait une, qu’il a énormément manqué au PSG cette saison, d’autant plus que ses passes donnent près de 15% de chances de marquer à leur destinataire. Ce pourcentage le place parmi les meilleurs chez les joueurs les plus productifs (+ de 1,5 passe-clé).

Dans ce mini-classement, il n’est devance que par un seul joueur : Kylian Mbappé. On avait effleuré le sujet dans notre précédent article sur les buteurs : en plus d’être d’une efficacité froide devant le but (plus de 70% de tirs cadrés et plus de 25% de taux de conversion), le jeune attaquant de l’ASM sait aussi distribuer les caviars. Lorsqu’il donne une dernière passe, son partenaire a près de 20% de chances de marquer. Et quand ce partenaire s’appelle Radamel Falcao, bonjour les dégâts…

Deuxième distributeur de caviars, Morgan Sanson. Certains avaient remarqué son manque d’efficacité devant le but dans notre précédent article… mais l’ancien Montpelliérain se rattrape largement lorsqu’il se met au service des autres. Comme Mbappé, ses dernières passes donnent près de 20% de chances marquer, ce qui le place à l’opposée de Dimitri Payet : il produit moins, mais contribue beaucoup plus aux plus grosses occasions de son équipe. Le vraie bonne affaire du mercato hivernal.

Maxwell, roi des latéraux 

Mais le vrai roi du caviar vient de quitter son club et il s’agit de Maxwell. En délivrant 1,01 passe-clé/match à 24,3% de chances de marquer, on pourrait presque dire qu’il garantit une grosse occasion à son équipe lorsqu’il est sur le terrain.

Pour sa dernière saison dans la capitale en tant que joueur, il a encore montré qu’il était d’une classe différente que les autres latéraux du championnat. Certes, il est moins monté que ses plus jeunes collègues à ce poste, mais il l’a fait avec beaucoup d’efficacité. Pour preuve, Kurzawa et Meunier -sans parler d’Aurier qui est bien plus loin en terme de qualité- font moins bien que lui en terme de passe-clés et de xA/passe-clé.

maxwell_psg

Eléments très importants de l’animation de Monaco, Benjamin Mendy et Djibril Sidibé sont aussi derrière le latéral brésilien du PSG. Sur le Rocher, seul Almamy Touré a fait mieux sur le plan de la quantité (1,18 passe-clé/90min). Le jeune latéral droit pourrait même devenir un vrai concurrent à Djibril Sidibé la saison prochaine, puisqu’il produit plus et mieux que l’international français (0,78 passe-clé à 0,103 xA/passe-clé pour Sidibé).

Parmi les latéraux qui n’ont pas atteint le cap des 0,5 passes-clés P90, il faut aussi citer les cas d’Arnaud Souquet et Rafael. Le Niçois est au niveau des latéraux parisiens ou monégasques en terme de qualité des passes délivrées (0,44 passe-clé P90 pour 18,2% de chances de marquer). Rafael réussit lui le tour de force de faire mieux que Maxwell (0,41 passe-clé P90 pour 24,4% de chances de marquer).

La parenthèse des coups de pied arrêtés :

Jusque-là, nous avions volontairement retiré les coups de pied arrêtés de l’étude afin de nous concentrer sur ce qu’il se passe dans le jeu. Le tableau ci-dessous permet d’aborder ce cas des phases arrêtés puisqu’il distingue les Expected Assists (xA) sur cpas et dans le jeu. Il permet de voir quels sont les meilleurs tireurs de coups de pied arrêtés du championnat et quels sont ceux qui en dépendent le plus pour créer le danger.

xa_cpa

On remarque ainsi, sans grande surprise, que Di Maria est bien l’expert dans l’exercice avec 0,22xA sur coup de pied arrêté (P90). Autre donnée importante, le rôle d’Oscar Trejo à Toulouse. L’Argentin était un joueur très précieux pour le Téfécé sur ces phases de jeu. Les Violets vont absolument devoir lui trouver un remplaçant sous peine peut-être de perdre un gros atout offensif (12 buts inscrits la saison dernière sur coups de pied arrêtés).

Dans le sens des arrivées, Rennes a peut-être fait une très bonne pioche en allant chercher Faitout Maouassa à Nancy. Si son impact dans le jeu des Lorrains était assez limité, le jeune gaucher a affiché de belles promesses sur les phases arrêtés. Il pourrait être ainsi très précieux sur ces phases de jeu, surtout pour une équipe qui faisait partie des pires attaques de L1 la saison dernière dans ce domaine.

rennes

Les équipes-types : 

Terminons avec un peu de foot-fiction. Ci-dessous, vous retrouverez trois équipes-types construites en fonction des données développées jusque-là. De gauche à droite, la contribution aux tirs en « valeur absolue » sans prise en compte de la qualité, puis la contribution en xGA (Expected Goals et Assists) qui récompense la qualité des tirs pris ou crées, et enfin la contribution en xA (Expected Assists) qui permet de dégager les « derniers passeurs » les plus efficaces du championnat.

equipetypes

Trois joueurs apparaissent dans les trois tableaux : Kylian Mbappé, Corentin Tolisso et Christophe Jallet. Concernant le milieu de terrain de l’OL, c’est une réponse aux questions qui ont pu se poser depuis son transfert au Bayern Munich. Avec une contribution à 3,02 tirs/90min, il est le 2ème milieu le plus prolifique derrière Ndoye. Mais avec 0,36xGA, il est aussi 2ème au classement qualité derrière Morgan Sanson. Et à cela, il faut en plus lui ajouter un certain talent à la finition…

Quelques heures après son départ, Jean-Michel Aulas annonçait que l’OL comptait sur trois joueurs pour le remplacer : Sergi Darder, Jordan Ferri et Clément Grenier. La deuxième équipe-type va dans le sens du président lyonnais puisque Darder est le 3ème meilleur milieu axial du championnat en terme de xGA(P90) avec 2,82 tirs crées à 0,30xGA.

Le milieu à trois de la deuxième équipe peut d’ailleurs frustrer quelques supporters lyonnais puisque Morgan Sanson était à une époque suivi par le club rhodanien. Les Gones ne sont peut-être pas passés loin d’avoir l’un des milieux les plus productifs du championnat. Au-delà de ce cas particulier, on se rend aussi compte que les Lyonnais sont présents en nombre dans les équipes-types ci-dessus puisqu’ils occupent 11 spots sur 24 possibles. De quoi accroître la frustration de n’avoir terminé qu’à la 4ème place ?


Vous avez aimé cet article ? Soutenez les Chroniques Tactiques sur Tipeee.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. JackDeal dit :

    Yo !

    Encore merci pour ce super article. Serait il possible de mettre en place un moyen d’agrandir les graphiques s’il te plaît, il est parfois compliqué de bien lire l’abscisse et l’ordonnée ! Merci encore sinon pour le super taff que tu fais !

  2. Lautrec MOUDADA dit :

    Excellent
    Encore merci
    Pour avoir vu entierement la saison je dirai que les stats ne mentent pas!

  3. LLD dit :

    Super travail encore une fois !

    Je rejoins le message de JackDeal sur le fait de pouvoir agrandir les graphiques pour une meilleure lecture des données :)

  4. Gaborieau dit :

    Génial! Franchement tu fais vrmt un travail formidable!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *