FC Porto 1-2 Manchester City, l’analyse tactique

C’était le choc de ces seizièmes de finale de Ligue Europa ; 90 minutes plus tard, il serait très surprenant que le FC Porto fasse tomber le leader de la Premier League lors du prochain tour. Et pourtant, les Portugais ont produit un premier acte absolument somptueux, notamment dans l’entrejeu où ils ont largement dominé les Skyblues. Mais ces derniers sont revenus des vestiaires avec des réponses aux problèmes posés par les Portugais, revenant ensuite au score sur un coup du sort et achevant des Portugais sans réaction en fin de partie.

Les compositions :

– Débarqué à Porto lors du mercato d’hiver, Marc Janko n’est pas qualifié, ayant déjà joué la Ligue Europa avec son club de Twente à l’automne dernier. Du coup, Hulk quitte l’aile droite et se retrouve titularisé à la pointe de l’attaque : Helton (1) – Danilo (2), Maicon (4), Rolando (14), Alvaro Pereira (5) – Fernando (25), Moutinho (8), Lucho (3) – James Rodriguez (19), Varela (17), Hulk (12).

– Du côté de Manchester City, Roberto Mancini semble prendre la Ligue Europa au sérieux puisque les cadres sont présents dès le coup d’envoi. Seul De Jong et Nasri sont les deux remplaçants qui sortent du banc de touche : Hart (25), Richards (2), Kompany (4), Lescott (6), Clichy (22) – De Jong (34), Barry (18), Touré (42), Silva (21), Nasri (19) – Balotelli (45).

Première mi-temps portugaise :

Comme évoqué dans l’introduction de ce billet, les deux équipes ont eu leurs mi-temps et la première a été pour le FC Porto. Les tenants du titre sont en effet sortis vainqueurs des dix premières minutes de jeu, remportant la très importante bataille du milieu face à des Skyblues organisés en 4-3-3. Au coup d’envoi, Roberto Mancini décide en effet d’aligner De Jong, Barry et Touré sur la même ligne pour en dégager un du pressing des deux relayeurs de Porto (Lucho ou Moutinho), tout en comptant sur les déplacements à l’intérieur du terrain de Silva ou de Nasri pour être à la réception de ces ballons de relance.

Comme souvent, l’objectif du premier rideau défensif, ici derrière Hulk et couvert par Fernando positionné devant la défense, a pour but de couper la relation entre relance et attaque. Celui de Porto coulisse sur la largeur, fermant l’axe et obligeant Manchester City à passer par les côtés et ses latéraux pour remonter le ballon. Une fois ces derniers arrivés dans cette zone, la plupart du temps côté gauche via Clichy, Porto bascule en phase de repli.

Dans cette phase, la ligne de quatre formée par les Portugais dans le camp adverse se casse. Moutinho décroche de sa position aux côtés de Lucho pour se retrouver à hauteur de Fernando. Réunis devant la défense, les deux hommes ont pour objectif de suivre les déplacements des deux principaux créateurs de Manchester City : Yaya Touré, venu de l’arrière, et David Silva qui rentre de son aile droite. Devant, Lucho tente de perturbe le jeu latéral des Citizens et fait office de premier relais en cas de ballon récupéré. Les ailiers marquent eux les latéraux. Derrière, les quatre défenseurs s’occupent des deux offensifs restants (Balotelli et Nasri en première mi-temps).

Ci-dessus, un exemple du travail de Porto dans sa moitié de terrain. Le ballon est dans les pieds de Clichy. Marqué par Varela, Lucho et Danilo sont sur les solutions verticales et latérales. Fernando couvre lui la montée de Yaya Touré, tandis que Moutinho, décrochant de la ligne du milieu de terrain, en fait de même avec Silva. Les deux milieux de Porto ratissent ainsi un nombre incalculable de ballons, soit dans les pieds de Touré et Silva, soit en anticipant sur les passes. En fin de première mi-temps, City commence à trouver la faille en faisant participer un joueur supplémentaire dans leur zone, au choix grâce aux montées de Barry ou aux déplacements de Nasri au coeur du jeu.

Très bon dans le quadrillage du terrain, le FC Porto brille aussi dans l’utilisation du ballon, notamment en le milieu anglais en situation d’infériorité numérique. En phase de construction, Porto est organisé sur trois lignes dans l’axe : sur la première, Fernando redescend à hauteur de ces défenseurs centraux pour couvrir et relancer. Sur la seconde, on retrouve Moutinho et les latéraux, qui offrent des appuis devant le milieu de terrain de City (qui évolue en 4-4-1-1 avec Touré et Balotelli devant une fois dans sa moitié de terrain). Enfin sur la troisième, en soutien de Hulk, Lucho bénéficie du soutien de James Rodriguez qui quitte très souvent son côté gauche pour venir travailler à l’intérieur du terrain (en blanc), dans le même registre que Silva à City.

Outre une relance facilitée par le recul de Manchester City dans sa moitié de terrain, le FC Porto domine l’entrejeu en profitant des intervalles. En rentrant dans l’axe, Rodriguez crée une situation de deux contre deux avec Lucho dans la zone gardée par la paire De Jong-Barry (en jaune). Derrière eux, Moutinho peut les rejoindre en se projetant et, lorsqu’il ne le fait pas, est rejoint par Fernando qui, une fois le ballon dans le camp de City, remonte pour participer à sa circulation (en bleu). Devant, Varela et Hulk sont censés apporter de la profondeur et du mouvement dans les 20 derniers mètres. Aux alentours de la demi-heure de jeu, le premier commence lui aussi à rentrer à l’intérieur (en jaune) pour participer au jeu, Hulk multipliant les courses sur les extérieurs -l’une d’entre elles aboutissant à l’ouverture du score.

Résultat, Porto met en place un circuit de passes courtes très efficaces dans le camp adverse, en limitant les distances autour de Lucho Gonzales -Varela et James Rodriguez à ses côtés mais aussi Fernando et Moutinho en retrait. Cet ensemble multiplie ainsi les combinaisons au coeur du jeu, forçant le milieu de City à resserrer dans l’axe et libérant les couloirs. Ainsi, à plusieurs reprises, Alvaro Pereira se retrouve mis sur orbite sur l’aile gauche après plusieurs échanges sur la droite du terrain (en bleu). Exemple avec la capture ci-dessous qui montre bien la liberté de Rodriguez et le penchant de Porto pour les préparations côté droit avant un renversement côté gauche (en blanc, Varela, Hulk et James Rodriguez – en bleu, Lucho et Moutinho – en noir, Fernando et Maicon, passé à droite après la blessure de Danilo et l’entrée de Mangala).

Deuxième mi-temps anglaise :

Complètement hors du coup durant la première mi-temps, Manchester City revient transformé du repos. La fin du premier acte avait déjà montré un Nasri beaucoup plus actif entre les lignes et au coeur du jeu. Le Français poursuit dans cette voix au retour des vestiaires, devenant une troisième solution pour la relance des Skyblues, avec Silva et Touré (opérée par Barry et De Jong). Alors que le Français était censé évoluer, à l’instar de Varela en début de partie côté Porto, comme un deuxième attaquant dans les 20 derniers mètres adverses cherchant à profiter des brèches crées par ses partenaires, le système de jeu de Manchester City doit le remplacer.

En début de deuxième mi-temps, c’est Richards qui va endosser ce rôle en faisant parler sa puissance aux dépens de James Rodriguez. Le latéral droit multiplie les déboulées sur le flanc droit pour conclure des actions construites dans l’axe via des échanges entre Touré, Silva, Nasri voire Balotelli en appui. Plus bas, l’ajout d’une troisième solution pour les relanceurs perturbe le pressing de Porto, Fernando et Moutinho pouvant se retrouver dépassés par le nombre si Nasri, Touré et Silva viennent proposer des solutions au porteur, qu’il soit axial (De Jong, Barry) ou excentré (Clichy, Richards).

Meilleur dans l’utilisation du ballon, City l’est aussi dans son quadrillage du terrain. Le bloc mancunien se positionne une bonne quinzaine de mètres plus par rapport à la première période, formant désormais un véritable 4-4-2 avec Touré et Balotelli (ou Silva ci-dessus) sur la même ligne et à la pointe du pressing. Ce premier rideau, complété par le soutien proche des deux autres offensifs, coulisse sur toute la largeur du terrain, s’opposant à la relance à trois de Porto (Fernando, Mangala, Rolando). En couverture de ce premier rideau, De Jong et Barry se retrouvent au marquage de ceux qui évoluent désormais en tant que relayeurs pour Porto, Moutinho et Lucho. Plus forts sur le plan athlétique, les deux Mancuniens s’imposent dans les duels et éteignent leurs adversaires.

Soulagée par l’agressivité retrouvée de son milieu de terrain, la défense de Manchester City peut du coup suivre à la trace les mouvements des trois offensifs de Porto. Richards peut désormais sortir sur James Rodriguez sans grand risque de voir Hulk prend l’espace dans son dos et être immédiatement servi. Hyperactif en première mi-temps, le Colombien est quasi introuvable à la reprise. Idem pour Varela côté droit et Hulk qui, malgré ses efforts, connaît beaucoup de déchets dans ses prises de balle et ses transmissions, le pressing de Lescott et Kompany n’aidant pas. Côté Porto, le coaching ne changera rien à l’affaire. Côté City, l’égalisation venue de nulle part de Balotelli permet de gérer la fin de la rencontre… Et le but d’Aguero quelques minutes après son entrée en jeu assure à Mancini un retour plus qu’abordable.

Conclusion :

Porto sortira certainement de ce match avec beaucoup de regrets. La première mi-temps des Portugais a été exemplaire, tant dans l’organisation défensive -avec Fernando en tête, exceptionnel face à Touré- que l’animation offensive -où Lucho s’est signalé grâce à tous les soutiens proches de lui…-. City a laissé passer l’orage en se recroquevillant dans sa moitié de terrain, son milieu encaissant les coups mais sa défense restant en surnombre dans la surface de réparation. A la reprise, le bloc plus haut des Skyblues a considérablement gêné la construction adverse, qui n’a plus trouvé ses relais les plus efficaces (Moutinho, Lucho, Rodriguez), et l’ajout d’une solution entre les lignes de Porto (Nasri) combiné à la puissance de Richards sur l’aile droite a permis de créer les premières brèches dans le milieu de terrain portugais.

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. The teacha dit :

    Encore une défaite d’un 4-3-3 cette semaine apres liverpool face a Man Utd, Arsenal a milan et hier Porto! je persiste qu’a part le barca et la juve, peu d’equipes gagnent dans ce système dans les grosses affiches bien sur.
    Une question, comment se fait il que Lucho ait joué ? il a deja joué la c1 avec l’om !!!

  2. La Ligue des Champions n’est pas la Ligue Europa justement, les deux compétitions sont bien séparées quand il s’agit des quaifications UEFA.

  3. erick dit :

    Salut the teacha tu as quelque chose contre le 4-3-3 lol même si je ne suis pas fan non plus!!

  4. Alem dit :

    The teacha a raison le 4-3-3 est difficile a appliqué ….
    Ca me fait penser a une chose … City est revenu dans la partie en utilisant un 4-4-2 n’est-ce pas ? Le méme 4-4-2 que le Real et Valence ont utilisé contre le Barca en coupe du Roi !
    Par-contre je remarque que la Juve face a Roma a quand méme Réussi a se défaire du 4-4-2 de l’entraineur Catalan de Rome !
    Pourquoi ? Simplement parce que ce 4-4-2 qui est en fait un 4-2-4 oppose un joueur a chaque adversaire ce qui fait que la Défense etant a 4 vs 4 les Défenseurs n’ont pas le droit a l’erreur ! (le 4eme attaquant étant le 10 de l’équipe Adverse)
    Del Pierro ayant martyrisé la Défense Romaine la victoire Turinoise est Logique ! Qu’en pensez-vous ?

  5. samirhenry dit :

    lol défaite d’un 4-3-3, c’est marrant ca! je pourrai vous donnez une centaines de contre-exemples !

  6. The teacha dit :

    @ERICK: non Erick, je n’ai rien contre le 4 3 3, je remarque juste qu’en dehors des extra terrestres du barca ou pour le systeme de la juve cette saison, je vois trés trés rarement une equipe depuis le début de saison qui s’impose dans les grosses affiches sur ce système. Il est peut etre efficace contre des clubs moyens comme blackburn, getafe ou cagliari mais quand il s’agit d’un match XXL, ca ne fonctionne pas. Beaucoup d’equipes dans les grosses affiches jouent en 451 ou 442 si tu regardes bien. Alors si moi je m’en aperçois, comment se fait il que Wenger ou Villas Boas persiste à jouer comme ça ? Lille n’y arrive plus aussi contre les grosses equipes, le football va trés vite et un système qui marchait il y a un ou 2 an peut devenir presque inefficace quelques mois apres alors pourquoi persister ??

  7. samirhenry dit :

    @ the teacha: je ne suis pas trop d’accord avec toi, les systèmes tactiques sont dictés par les composantes (les effectifs), j’en suis sûr et certain que tu connais ce petit détail, du moment que vous êtes entraineur.
    le 4-3-3 n’est pas un système qui ne marche pas, sauf qu’actuellement pas mal d’équipe qui le pratique ne marche pas fort ces derniers temps, par exemple; pourquoi Chelsea n’est pas arrivé a battre une pensionnaire de D2 aujourd’hui, tu crois que c’est une question de schéma tactique??
    tu crois qu’il suffisait a Arséne de changer de schéma tactique pour remettre les gunners sur les rails? son effectif est très très moyen, je pense qu’il ne mérite même pas de décrocher une place qualificative a la C1!(quelque soit le schéma qu’il adopteront)

    Pour le LOSC, son schéma marche aussi bien, sauf que qu’ils ont pas mal de soucis défensifs, Basa souvent blessé, Rozhenal toujours a la rue! c’est vrais aussi qu’il manque un peu de percussion depuis le départ de Gervinho! Mais l’emprise sur les matchs est toujours présente (pratiquement totale), je reconnais qu’ils ont été un peu naïf pendant la phase de poule de C1, mais personnellement je pourrai pas remettre en cause le travail qui se fait au niveau de ce club. Je te signale aussi qu’ils ont joué pas mal de matchs en 4-2-3-1 (pedretti au profil d’un milieu offensif, payet). bref, en foot rien n’est figé, on peut passer d’un système a un autre a condition d’avoir les joueurs adéquats et de garder un certain équilibre de l’équipe!

  8. Erick dit :

    J’ai remarqué que cette année déjà peu d’équipes évoluent en 4-3-3 avec le barca, la juve de temps en temps, la roma et porto. et porto l’année dernière c’était très fort avec falcao en pointe et Hulk a droite donc le 4-3-3 je pense pas que c’est dépassé. Tout dépend de l’effectif qu’y a disposition.

  9. Bonjour.
    Merci pour cet article bien détaillé.
    Cordialement.
    Guillaume du site infofoot.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *