Islande : ces chiffres qui peuvent inquiéter la France

Dimanche prochain, la France et l’Islande se retrouveront au Stade de France pour se disputer la dernière place donnant accès au dernier carré de l’Euro 2016.

Sur le papier, les Bleus sont archi-favoris. Certes, ils ne sont pas forcément mieux collectivement que leurs homologues portugais (1-1) ou anglais (1-2), qui se sont faits surprendre par l’enthousiasme et l’engagement islandais.

Mais Didier Deschamps peut s’appuyer sur des individualités qui ont brillé depuis le début du tournoi, à l’inverse de Fernando Santos et Roy Hodgson. Payet et Griezmann ont démontré à tour de rôle qu’ils étaient en forme, chose que Ronaldo, Nani, Kane, Sterling ou Vardy n’ont pas su faire sur un match complet pour le moment.

Une équipe efficace 

L’Islande ne concède peut-être qu’but tous les 19,8 tirs en moyenne mais l’équipe de France a les qualités pour la faire plier. Après tout, elle n’a pas encore réalisé de clean-sheets dans cet Euro en affrontant des équipes au potentiel bien plus faible. Si l’axe est plutôt bien verrouillé, les Bleus auront notamment des choses à faire sur les côtés où les latéraux peuvent être mis en difficulté.

Evidemment, les joueurs de Didier Deschamps ne seront pas face à une opération portes ouvertes. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce sera peut-être plus simple pour les Bleus de marquer que de ne pas prendre de but. Car depuis le début du tournoi, c’est sur le plan de l’efficacité offensive que l’Islande impressionne. Les joueurs du duo Hallgrimsson-Lagerback affichent en effet un taux de réussite exceptionnel devant les cages adverses.

conversion-euro2016

Cliquer sur le tableau pour l’agrandir.

Oui, l’Islande est l’équipe la plus efficace devant le but adverse depuis le début du tournoi. Avec un taux de conversion s’élevant à 19,35%, les Islandais n’ont besoin que d’un peu plus de 5 tirs pour marquer un but ! Pour donner une idée « individuelle », c’est un taux de réussite qui se rapproche de celui d’un bon attaquant européen. C’est aussi souvent le signe d’une équipe en sur-régime…

Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’au classement de l’efficacité offensive, l’Islande est accompagnée sur le podium par le Pays de Galles, autre surprise de cet Euro, et l’Italie qui a déjà accroché deux « favoris » à son tableau de chasse en battant la Belgique et l’Espagne. On notera aussi au passage la pauvreté anglaise dans ce secteur, qui explique à n’en pas douter leurs difficultés tout au long de la compétition…

Peu de tirs, mais beaucoup de qualité 

L’Islande est peut-être en sur-régime, mais s’arrêter là c’est manqué un grand pan de l’analyse. Car si les Islandais ont eu autant de réussite, c’est aussi parce qu’ils sont allés la chercher. En terme de qualité des tirs tentés, ils sont aussi assez loin devant les autres nations engagées dans la compétition.

qualite-tirs

Cliquer sur le tableau pour l’agrandir.

L’Islande tire peu au but (31 tirs, 8ème total parmi les quarts de finaliste et encore 19ème parmi les 24 engagés), mais elle le fait dans de très bonnes positions. Plus de 80% de ses tirs proviennent de l’intérieur de la surface. En moyenne, ce pourcentage s’élève à seulement 52,7% des tirs depuis le début de l’Euro. En valeur absolue, les Islandais n’ont même que deux longueurs de retard sur la Pologne dans ce secteur (25 contre 27), alors que les Polonais ont presque tiré deux fois plus au but qu’eux (31 contre 53) !

Le constat est le même lorsque l’on se concentre sur les big chances (grosses occasions). Avec 6 big chances sur 31 tirs tentés au total, les Islandais se créent en moyenne une grosse occasion tous les 5 tirs (un chiffre à mettre en relation avec leur taux de conversion quasi-similaire). En moyenne depuis le début de l’Euro, 11% des tirs sont des big chances. En valeur absolue, les Islandais se sont crées autant de grosses occasions que la Croatie et l’Angleterre qui ont pourtant un potentiel offensif bien plus grand.

Dernier volet : la précision, car il ne sert à rien de se créer des occasions si personne n’est là pour les mettre au fond. Or là encore, l’Islande fait partie des sélections qui cadrent le plus dans le tournoi (plus de 45% de tirs cadrés) avec l’Italie et le Pays de Galles (pour ne citer que les équipes qui sont toujours en course).

Capture d’écran 2016-06-29 à 17.05.50

Les maps des tirs islandais lors de leurs 4 premiers matchs de l’Euro.

S’arrêter sur le détail des tirs islandais doit normalement suffire à mettre en garde l’équipe de France. Face au Portugal, les Vikings n’avaient tiré que quatre fois au but mais en cadrant tout, forçant Rui Patricio à plusieurs parades. Même chose pour Joe Hart qui, après ses boulettes, a dû repousser deux tentatives à 1-2 pour maintenir son équipe dans le match.

Heureusement face à cette efficacité islandaise, la France pourra s’appuyer sur son dernier rempart. Hugo Lloris n’a pas eu grand chose à faire depuis le début de l’Euro, mais il a su répondre présent à chaque fois, faisant preuve d’une grande concentration. Déterminant en tout début de match face à la Roumanie et la Suisse (sur des coups de pied arrêtés), il avait aussi sauvé les Bleus contre l’Irlande en coupant un centre de McAuley qui aurait fini sur Shane Long sans son intervention.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Ridz dit :

    Encore une fois très bon article et merci pour l’analyse.
    Juste une petite rectification : Je crois que tu t’es trompé lorsque tu nous dis dans le texte que 11% des tirs tentés sont des big chances, ne serait-ce pas 19% ? Comme il est écrit dans le tableau.

  2. Pierre Lafontaine dit :

    La France ne devrait en aucun cas sous-estimer cette équipe d’Islande. Ce n’est pas une nation du football, mais ses stats ne sont pas du tout mauvaises. On a bien vu ce qui est arrivé aux Anglais. Même si nous avons beaucoup de talents dans l’équipe, la prudence est de mise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *