Copa America : le 1er tour revu par le pressing

Dimanche soir, le Brésil a clôturé le premier tour de la Copa America en décrochant son billet pour les quarts de finale face au Venezuela (2-1). En attendant le prochain match, qui opposera le Chili à l’Uruguay dans la nuit de mercredi à jeudi, petit retour sur la phase de poules par le biais du PPDA Metrics, introduit dans un article précédent (lire : Chili 3-3 Mexique : la Roja a dû s’employer). 

Rappel : 

Présenté par Stats Bomb en juillet dernier, cet acronyme cache un calcul qui permet de quantifier le pressing d’une équipe.

« Il s’agit de prendre certaines actions défensives qu’une équipe réalise sur le terrain (tacles réussis et manqués, interceptions, fautes), de les additionner et de diviser le nombre de passes réalisées par l’adversaire sur le match par le résultat de cette somme.

PPDA = Number of Passes made by Attacking Team / Number of Defensive Actions

S’il peut avoir de l’intérêt sur tout le terrain, ce chiffre prend vraiment du sens lorsque l’on cherche à savoir si une équipe presse haut son adversaire (ou pas). Dans ce cas, il suffit de prendre uniquement en compte les actions défensives réalisées à partir d’une certaine hauteur du terrain. »

Comme lors du précédent article sur le sujet, ne sont pris en compte ci-dessous que les actions défensives réalisées au-delà des 40 mètres.

chili

PPDA : le bilan du premier tour 

A l’issue des 18 rencontres du premier tour, le PPDA moyen est de 16,93 pour 407 passes concédées (littéralement, cela signifie qu’en moyenne, une équipe réalise une action défensive au-delà de ses 40 mètres pour 17 passes effectuées par l’adversaire). Les 36 résultats obtenus s’étendent de la performance du Pérou face au Venezuela (PPDAmini : 7,11) jusqu’à celle de la Jamaïque face à l’Argentine (PPDAmaxi : 71,9).

Equipes PPDA(+40)moyen PPDA(+40)mini PPDA(+40)max
Argentine 10,34 9,88 (PAR) 10,63 (JAM) Q
Chili 12,04 9,62 (MEX) 14,08 (EQU) Q
Colombie 12,37 9,71 (PER) 16,65 (BRE) Q
Mexique 13,12 9,71 (EQU) 18,34 (CHI)
Pérou 13,76 7,11 (VEN) 17,68 (COL) Q
Uruguay 14,47 13,23 (JAM) 15,18 (ARG) Q
Brésil 15,2 10,73 (COL) 20,12 (PER) Q
Paraguay 17,44 12,86 (URU) 23,75 (ARG) Q
Bolivie 17,93 15,11 (MEX) 19,77 (CHI) Q
Equateur 18,84 7,92 (BOL) 38,45 (CHI)
Venezuela 23,82 16,42 (COL) 28,94 (PER)
Jamaïque 35,13 16,11 (PAR) 71,9 (ARG)

Souvent séduisant mais toujours perdant lors des coupes du Monde, le Mexique a une fois encore tenu son rôle en étant la seule équipe parmi les 8 premiers du classement à ne pas rallier les quarts de finale. Toujours portés par l’envie de récupérer le ballon haut, les Mexicains n’ont pas été récompensés. Battu par l’Equateur après avoir certainement laissé trop de forces face au Chili, ils ont surtout payé leur match nul face à la Bolivie lors de la 1ère journée (0-0).

Dominateurs en terme de possession de balle et de passes réussies depuis le début du tournoi, l’Argentine et le Chili se retrouvent très logiquement en tête de classement. Les deux équipes ont dépassé les 60% de possession à chacune de leurs sorties (69,7% pour l’Argentine et 67,2% pour le Chili), profitant de cette maîtrise technique pour s’installer dans la moitié de terrain adverse. Car oui, il est évidemment plus facile de presser haut l’adversaire si vous passez plus de temps dans son camp (613/1867 passes pour l’Argentine dans le dernier tiers adverse ; 569/1801 pour le Chili).

Le cas de la Colombie, troisième, est différent. Moins créative que l’Albiceleste et la Roja dans l’entrejeu (52,2% de possession, 1190 passes au total), la formation de José Pekerman s’est appuyée sur d’autres qualités pour presser haut ses adversaires. En l’occurrence, c’est en amenant la relance sur les côtés et en déclenchant le pressing par le biais de ses ailiers (Cuadrado, James) qu’elle a su bloquer la relance courte du Pérou, du Venezuela et surtout du Brésil pour le résultat que l’on sait (lire : Brésil 0-1 Colombie, l’analyse tactique).

Quels types d’actions défensives ? 

Un tableau complémentaire du précédent, afin de distinguer les différents types d’actions défensives. Dans chaque case, le chiffre de gauche correspond au nombre d’actions au-delà des 40m ; à droite, il s’agit du total sur tout le terrain.

Equipes Tacles (+40m/Total) Interceptions (+40m/Total) Fautes (+40m/Total) Actions défs (+40m/Total) %Actions défs (+40m)
Argentine 37/73 13/31 24/39 74/143 52%
Chili 34/77 8/23 29/38 71/138 51,45%
Colombie 42/109 14/43 38/49 94/201 46,77%
Mexique 37/84 18/40 43/56 98/180 54,44%
Pérou 33/78 15/33 43/55 91/166 54,82%
Uruguay 39/116 16/40 35/51 90/207 43,47%
Brésil 36/86 11/33 32/54 79/173 45,66%
Paraguay 32/88 9/29 33/55 74/172 43,02%
Bolivie 25/116 14/38 46/71 85/225 37,77%
Equateur 30/73 9/25 33/51 72/149 48,32%
Venezuela 23/71 5/23 35/53 63/147 42,85%
Jamaïque 22/68 7/35 32/43 61/146 41,78%

Quelques remarques :
– L’Argentine et le Chili restent très proches l’une de l’autre dans ce tableau. Les similitudes entre la Colombie et l’Uruguay annoncent par ailleurs un quart de finale plutôt intéressant entre la Tri de Pekerman et l’Argentine de Tata Martino. Idem pour le Chili et l’Uruguay ?
– Le Mexique et le Pérou ont réalisé la majorité de leurs actions défensives dans la moitié de terrain adverse… mais ils ont surtout fait des fautes pour casser le rythme et se repositionner en défense. Les deux équipes se montraient ensuite plus prudentes dans leur moitié de terrain (particulièrement logique pour le Mexique et son 5-3-2).

Graphique : le cas du Brésil

1635 passes réalisées, une possession de balle moyenne s’élevant à 58,4%… Le Brésil ne paraît pas si loin du niveau de l’Argentine et du Chili si l’on s’arrête à ces chiffres. Mais le graphique ci-dessous permet de mettre en exergue l’une des faiblesses de la formation auriverde depuis le début du tournoi : ses difficultés pour rester dans le camp adverse.

ppda-bresil

Axe vertical : le PPDA(+40m). Axe horizontal : le nombre de passes concédées à l’adversaire.

Depuis le début du tournoi, 11 équipes ont concédé près de 500 passes sur un match. A huit reprises, ces équipes ont eu moins de 40% de la possession de balle : les trois adversaires de l’Argentine (Paraguay, Uruguay, Jamaïque), les trois adversaires du Chili (Equateur, Mexique, Bolivie), le Venezuela qui s’est retrouvé à dix contre onze face au Pérou 28 minutes de jeu, et enfin la Bolivie qui a défendu son avantage face à l’Equateur au bout de la 4e minute de jeu.

Les trois sélections qui font exception ? Les trois adversaires du Brésil : dans l’ordre, le Pérou, la Colombie et le Venezuela. Le PPDA(+40m) brésilien a oscillé entre 10,73 face à la Colombie (mené au score pendant quasiment une heure) et 20,12 face au Pérou (alors que la Seleçao n’a jamais mené avant les arrêts de jeu). En danger lors du 3ème match, les Brésiliens ont affiché un résultat plus décent face au Venezuela mais encore loin des marques argentines et chiliennes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *