Argentine : à la recherche de la constance

Dominatrice mais pas payée au bout des 90 minutes de jeu, l’Argentine a validé son billet pour le dernier carré de la Copa America, rejoignant ainsi le Pérou et le Chili. Face aux Colombiens, les Argentins ont dominé la rencontre sans partage, contrôlant les débats jusque dans les dernières minutes de jeu. Une nouveauté après un premier tour qui leur avait offert des fins de match compliquées.

recup-argentine

Le PPDA, une valeur qui évolue dans un match : 

A l’issue du premier tour, l’Argentine était l’équipe au pressing le plus efficace du tournoi d’après la mesure du PPDA+40m (ou Nombre de Passes Concédées pour une Action Défensive : pour plus d’informations, relire cet article). Avec un PPDA+40m s’élevant à 10.34, elle devançait le Chili (12.04) et la Colombie (12.37).

Dans les faits, les Argentins ont tout de même souffert face au Paraguay et à l’Uruguay. Au-delà de l’heure de jeu, l’Albiceleste avait baissé de pied dans ces deux rencontres : elle s’était faite reprendre par la formation guarani (2-2) tandis que l’Uruguay avait laissé passer plusieurs occasions de revenir au score dans le dernier quart d’heure (1-0).

Ces baisses de régime sont aussi visibles par les chiffres, en analysant l’évolution du PPDA+40m au fil du match. Croisée avec le nombre de tirs concédés par quart d’heure, celle-ci illustre assez bien les fins de match difficiles des Argentins : l’Albiceleste se retrouve en difficulté dès lors que son pressing dans la moitié de terrain adverse commence à se déliter.

argpar

arguru
argjam

 

Plus de constance face à la Colombie : 

Avec l’arrivée des matchs couperets, un tel écart de performances pouvait être un vrai danger pour la sélection dirigée par Tata Martino. Mais face à la Colombie vendredi, l’Albiceleste a réussi à maintenir son adversaire sous pression tout au long des 90 minutes. Autre « nouveauté », elle n’a pas réussi à ouvrir le score avant d’entrer dans la dernière demi-heure.

Les changements de Tata Martino ont aussi été beaucoup plus cohérents que lors de précédentes sorties. A l’inverse du match marquant son entrée en lice face au Paraguay, le sélectionneur n’a pas chamboulé son système, privilégiant des changements poste pour poste : Tevez pour Aguero (72e), Banega pour Pastore (76e) et enfin Lavezzi pour Di Maria (86e).

colombie

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *