Argentine 6-1 Paraguay : l’analyse du but de Pastore (27e)

Le score a certes été largement en leur faveur mardi soir, mais les Argentins ont quand même souffert face au Paraguay. Le début de match n’était d’ailleurs pas à leur avantage. Comme les Brésiliens lors de leur quart de finale (lire : Brésil : du manque de créativité aux problèmes défensifs), ils ont connu des problèmes de transition dans l’entrejeu face au 4-4-2 paraguayen, notamment pour trouver Messi et Pastore.

Preuve en est, l’ouverture du score signée Rojo est presque intervenu contre le cours du jeu… et sur coup de pied arrêté. Un quart d’heure plus tard toutefois, les Guarani n’ont rien pu faire sur le deuxième but argentin. Une action déclenchée par une série de courses vers l’avant qui ont perturbé les positions paraguayennes, ouvrant l’axe et le chemin du but à la paire Messi-Pastore. Analyse.

argentine1

Demichelis avec le ballon face au 4-4-2 paraguayen. 3 solutions devant lui : Zabaleta, Biglia et Messi. Ce dernier décroche, son milieu prend l’espace.

argentine2

Alors que Garay sert Zabaleta, les Paraguayens réagissent : Benitez sort sur le latéral, Piris suit Messi et Ortiz accompagne Biglia.

argentine3

Zabaleta bloqué, le ballon revient sur Demichelis. Le Paraguay réagit : Roque Santa Cruz s’approche du défenseur pour lui mettre la pression. Au milieu de terrain, Ortiz fait signe à ses défenseurs de reprendre le marquage de Biglia, anticipant la remontée de ses attaquants.

argentine4

Santa Cruz repousse Demichelis vers la ligne de touche mais ce dernier réussit quand même à servir Biglia sans que Benitez ne puisse couper la trajectoire. Le milieu gauche, ainsi que Piris son latéral, sont éliminés sur la passe. Aux axiaux de réagir (Ortiz, Aguilar)…

argentine5

Pas (encore) de panique côté paraguayen sur ce coup : Piris et Ortiz ont permuté mais le 4-4-2 est toujours formé et Biglia est esseulé.

argentine6

Vient alors la 2e course en profondeur signée Zabaleta, alors que Ortiz est sorti sur Biglia. Benitez est en retard, mais Piris réagit (comme un joueur de couloir) en suivant le latéral de Man City. Conséquence, plus personne n’est concerné par Messi qui s’est fait oublier au milieu de terrain.

argentine7

Malgré le retour de Benitez dans sa zone, Biglia parvient à ressortir la balle sur son capitaine, désormais face au jeu.

argentine8

Les deux courses vers l’avant de Biglia et Zabaleta ont ouvert l’axe Messi. Au coeur du bloc paraguayen, c’est un 2 contre 1 qui se joue entre Messi-Pastore et Caceres. 3 contre 3 si l’on ajoute Aguero et la défense centrale Aguilar-Silva.

argentine9

Au tour de Pastore de se projeter vers les buts de Villar (3e course). Il profite alors du comportement de Silva en défense, qui accompagne Aguero (et le couvre) au lieu de rester aligné avec ses partenaires (en faisant ce choix, il aurait peut-être été à distance d’intervention).

argentine10

argentine11

argentine12

Une illustration – s’il en fallait une – de l’importance du mouvement face à une défense de position qui a démontré son efficacité depuis le début du tournoi. Peu créatif avec le ballon – et parfois mis en danger lorsqu’il le touchait au milieu de terrain -, la course vers l’avant de Biglia a été le facteur déclenchant de tout le reste de l’action.

Dans l’ordre, elle a offert une solution à Demichelis et forcé les Paraguayens à changer de position (Ortiz et Piris). Ensuite, le retard de Benitez sur Zabaleta a forcé Piris à « redevenir » un joueur de couloir en suivant le latéral, laissant Caceres seul dans l’axe face à Messi et Pastore. A découvert, la défense centrale paraguayenne a exposé ses limites, se faisant transpercer par la course du milieu parisien.

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *