Chelsea 4-1 Naples, l’analyse tactique

Le public de Stamford Bridge a t-il assisté à la renaissance d’une grande équipe ? Si le résultat va évidemment demander confirmation dès ce week-end en championnat, Chelsea a réalisé une énorme performance collective face à Naples. Et il fallait au moins ça pour venir à bout d’une formation italienne impressionnante à l’aller. Cette fois, Lavezzi, Cavani et les autres n’ont rien pu faire, dépassés collectivement et dans certains duels-clés.

Les compositions :

Villas-Boas licencié entre les deux rencontres, les cadres de l’équipe font tous leurs retours dans le onze de départ. Restés sur le banc lors du match aller au San Paoli, Terry, Cole et Lampard sont cette fois titulaires dans le 4-2-3-1 présenté par Roberto Di Matteo : Cech (1) – Ivanovic (2), David Luiz (4), Terry (26), Cole (3) – Essien (5), Lampard (8) – Ramires (7), Mata (10), Sturridge (23) – Drogba (11).

Du côté du Napoli, Walter Mazzarri peut compter sur toutes ses forces et présenter son équipe-type à Stamford Bridge. Seule petite interrogation au moment de découvrir la composition des équipes, Zuniga est bel et bien préféré à Dossena : De Sanctis (1) – Campagnaro (14), Cannavaro (28), Aronica (6) – Maggio (11), Inler (88), Gargano (23), Zuniga (18) – Hamsik (17), Lavezzi (22), Cavani (7).

Chelsea prend possession du milieu de terrain :

Comme au match aller, les deux équipes se laissent le temps de l’observation de leur adversaire en début de rencontre. Limitant les prises de risque, elles décident de mettre les défenseurs adverses à l’épreuve en cherchant le plus rapidement possible leurs attaquants. Chelsea saute le milieu de terrain pour chercher Drogba, ou passe par les côtés (via Ivanovic et Cole) pour tenter d’alerter Sturridge et Ramires dans le dos de Zuniga et Maggio. De la même façon, Naples sollicite le plus rapidement possible ses attaquants pour tester la défense londonienne. D’un côté comme de l’autre, ses relances longues sont aussi dues à la pression mise sur les milieux axiaux. Les paires Lampard-Essien et Gargano-Inler arrivent rapidement sur les deuxièmes ballons et se mettent tour à tour la pression.

Au bout de quelques minutes de jeu, Chelsea met le pied sur le ballon et commence à chercher des solutions en restant au sol. Les Blues prennent le contrôle du milieu de terrain grâce à leur 4-2-3-1, qui libère automatiquement un joueur en phase de transition, face aux trois attaquants napolitains (en blanc et en gris). Ivanovic, Essien, Lampard et Cole, soutenus par Terry et David Luiz, baladent Lavezzi, Hamsik et Cavani grâce à une très bonne utilisation de la largeur du terrain. La plupart du temps, un latéral se retrouve libéré pour ensuite chercher un partenaire au niveau du deuxième rideau du Napoli (Zuniga, Inler, Gargano et Maggio). S’offre à lui généralement deux solutions : jouer la profondeur avec son milieu excentré (Cole vers Ramires, Ivanovic vers Sturridge) ou ramener le jeu dans l’axe dans la zone des milieux du Napoli -Gargano et Inler- (en rouge) avec Mata, déjà présent à l’intérieur, et Lampard qui suit les actions (en jaune).

Dominé dans l’entrejeu, Naples change son organisation pour passer en 3-5-2. Lavezzi et Cavani restent devant et Hamsik recule pour renforcer le milieu de terrain. Avec ce nouveau schéma de jeu, les Napolitains font le pari d’enfermer Chelsea sur les côtés : Lavezzi et Cavani coupent toujours les possibilités de transmissions plein axe. Lorsque les Blues choisissent un côté (ex : Ivanovic), l’un des milieux (Gargano) sort sur le porteur tandis que les deux autres marquent les deux solutions axiales (Inler sur Mata, Hamsik sur Lampard). Une nouvelle disposition défensive qui permet à Naples de résister dans l’axe, mais qui ouvre les ailes. Ces derniers conservent trois joueurs (Essien, Terry, David Luiz) pour couvrir, permettant à Cole de prendre le couloir gauche pour offrir des solutions à Ramires. Sur l’ouverture du score, le Brésilien n’est pas pressé par Maggio, qui craint le deux-contre-un dans sa zone, et peut déposer un superbe centre sur la tête de Drogba.

Avant de reculer, les Napolitains s’étaient signalés offensivement en profitant de l’espace dans le dos de latéraux obligés de monter pour assurer la relance et la possession du ballon. Au-delà de l’ouverture du score, la fin de la première mi-temps est aussi marquée par la sortie de Maggio, remplacé par Dossena. Mené 1-0, le Napoli recule encore. Désormais, lorsque l’un des trois milieux sort sur le latéral (ex : Gargano sur Ivanovic), l’un des deux attaquants se joint à la ligne pour conserver quatre joueurs (Gargano, Cavani, Inler et Hamsik) et donc éviter d’ouvrir tout le côté opposé (en jaune et orange). Une situation qui rend Naples moins dangereux pour la défense des Blues, qui en profite pour évoluer plus haut et confirmer la domination territoriale londonienne (en blanc).

Sursaut napolitain avant impact (physique) :

La deuxième mi-temps repart sur les mêmes bases mais le second but très rapide de Terry (47e) change évidemment la donne. Qualifié après ce second but, Chelsea recule presque immédiatement. A l’aller, les Londoniens avaient été punis pour ne pas avoir manqué de cohésion en défense. Ils ont retenu la leçon : quand Naples pousse, 40 mètres seulement séparent Drogba et Cech. Conséquence, l’équipe tient le choc mais les ballons reviennent rapidement. Naples évolue plus haut, Aronica, Cannavaro et Campagnaro couvrent face à Drogba. Les montées des latéraux (Zuniga et Dossena) forcent les excentrés (Ramires et Sturridge) à se replier. Lavezzi et Hamsik les lancent sur les ailes avant de rejoindre Cavani dans la surface. Gargano et Inler mettent eux la pression plein axe sur les ballons renvoyés par la défense. Sur l’un d’entre eux, le Suisse réduit le score d’une belle demi-volée (58e).

La qualification change une nouvelle fois de mains et avec elle, l’initiative dans le match. Cinq minutes après la réduction du score, Roberto Di Matteo décide de faire entrer en jeu Torres. L’Espagnol remplace poste pour poste Sturridge mais évolue plus haut, à hauteur de la défense napolitaine -faisant ainsi reculer Dossena-. Chelsea remettant le pied sur le ballon, l’équipe retrouve la même configuration qu’en fin de première mi-temps : si Hamsik ferme bien le flanc gauche face à Cole, Gargano est obligé de sortir sur Ivanovic de l’autre côté, laissant ainsi des espaces dans son dos. Lampard et Mata en profitent à l’intérieur (zone blanche, en jaune) et Torres offre désormais un point d’appui intéressant face à la paire Aronica-Dossena qui ferme le couloir. Les duels prennent de plus en plus d’importance et les Blues sont supérieurs : coups-francs et corners mettent la pression sur la cage de De Sanctis. Repris par Ivanovic, l’un d’entre eux entraîne le penalty du 3-1.

Peu d’évolutions sont à signaler dans le dernier quart d’heure. Après une occasion de Zuniga, le Napoli se fait de moins en moins dangereux, condamné à conserver un seul appui devant pour mieux protéger le flanc gauche de sa défense -retour de Cavani à hauteur des milieux de terrain pour reformer une ligne de quatre-. Durant les prolongations, Mata est remplacé par Malouda qui rentre à gauche d’un 4-4-2. Torres passe en pointe aux côtés de Drogba et Ramires prend le couloir droit. L’Espagnol poursuit son travail de sape en offrant aussi des solutions côté gauche désormais. A Malouda ensuite, déjà dans cette zone, de profiter de la présence de son partenaire. Le but de la qualification intervient sur ce schéma. Ramires récupère le ballon côté droit. Il provoque sur l’aile et sert Drogba, excentré et futur passeur décisif. Dans le jeu, excentrer un avant-centre peut poser au niveau de la présence de partenaires dans la surface. L’action se réalisant au sortir d’un coup de pied arrêté, Ivanovic est aux avants-postes pour finir le travail, non sans profiter d’une tacle manquée d’Aronica dans sa surface.

Conclusion :

Même s’ils ont dû aller jusqu’aux prolongations, la victoires des Blues ne souffre d’aucune contestation. Les Londoniens ont su faire oublier la défaite du match aller grâce à un bloc-équipe retrouvé et une maîtrise technique qui a condamné les Napolitains à beaucoup courir pour combler les brèches dans leur bloc défensif. Ces derniers ont certainement manqué le coche en début de partie, avant que le milieu de Chelsea ne se mette en route pour les faire reculer de manière quasi-irrémédiable (excepté à 2-0). Au-delà de la performance collective, les individualités étaient aussi côté anglais ce mercredi soir : Drogba, Essien et la paire Terry-Luiz ont répondu présent, tout comme Ivanovic décisif et dont la présence a été précieuse sur les lancements de jeu côté droit -le côté faible des Napolitains derrière-.

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. christophe dit :

    Ca faisait longtemps que j’avais pas vu la défense de Chelsea aussi sereine. Très rarement prise à défaut, toujours en place, et ne c’est pas précipiter pour bien gérer les contres napolitain!!! Ca m’a fait plaisir de voir Chelsea jour comme ça, pourtant je ne suis pas fan !!!

  2. samirheny dit :

    Mci Florent pour l’analyse globalement très convaincante (comme d’habitude), néanmoins je ne suis pas trop d’accord sur quelques points:
    1- j’estime que Chelsea a débuté le match en 4-3-3 avec Essien en sentinelle devant la défense, Lampard sur sa droite et Ramires sur sa gauche (il est vrais beaucoup plus offensif et prenant souvent le couloir gauche)
    2- dans le première partie, vous dîtes que Chelsea a pris possession du milieu de terrain, je ne suis pas trop d’accord. d’ailleurs on a vu a maintes reprises Essien prendre le ballon et ne pas savoir quoi faire avec, et pour cause, Mata(surtout lui, trés moyen hier) et Sturidge ne décrochent pas suffisamment pour participer a l’animation du jeu, ajouté a cela le manque terrible de mobilité lors des phases offensives de Lampard (pratiquement très peu d’appels entre les ligne ce qui a énormément gêner le porteur de la balle, en l’occurrence Essien ou un des deux latéraux)
    3- on a bien senti que Naple, organisé en 3-4-3 qui se transforme souvent en 3-5-2 (décrochage de Hamsik) maitrisé le cuir et les débats (je parle toujours du 1er half), grâce a une maitrise collective,technique et tactique( c’est l’équipe qui maitrise le mieux le 3-5-2 en europe).

    Bref, leur seul défaut hier, c’est qu’ils n’ont pas su matérialiser leur temps fort au tableau d’affichage (nombreux ratages). Sinon a partir du second half, je suis entièrement d’accord avec toi. Dans l’ensemble Chelsea mérite sa qualif.

  3. @samirhenry.

    1- Pas d’accord pour le 4-3-3. Suffit de regarder le positionnement de tout ce beau monde en phase défensive pour comprendre que Ramires était excentré gauche et non pas troisième milieu axial. Il était clairement en duel avec Maggio. Par contre, Essien est en effet resté en retrait, tout simplement parce que Chelsea le conservait en couverture quand Lampard et les latéraux se livraient au plus fort de la domination. On peut considérer que c’était un 4-2-3-1 qui pouvait ensuite devenir un 4-3-3 en phase offensive s’il faut chipoter ;)

    2- Chelsea a pris possession du milieu pour la bonne et simple raison qu’ils ont obligé le Napoli à reculer. Je ne dis pas qu’il trouvait des solutions dans les 30 derniers mètres, mais ils avaient clairement l’ascendant dans le rond central. Sur le plan de la domination territoriale et de la possession, les chiffres ont parlé pour eux en première mi-temps. En revanche, ça a bougé en deuxième, le jeu se faisant plus direct au fil des changements de main de la qualification.

    3- J’aime beaucoup Naples, mais hier ils sont pour moi passés complètement à côté de leur match. Ils ont clairement perdu la bataille dans l’entrejeu et ont subi passé le premier quart d’heure d’observation. Le plus frustrant, c’est quand ils se sont retrouvés dos au mur et obligés de jouer à 2-0, ils ont très vite inquiétés la défense de Chelsea, loin d’être sereine quand elle est sous pression -d’où les longs ballons pour la tester en début de partie sans doute-… Malheureusement, ils n’ont pas semblé pouvoir tenir ce rythme là après le retour à 2-1. Vraiment dommage.

  4. The teacha dit :

    Une donnée qu’il ne faut pas oublier est que le terrain de Chelsea est bien connu pour être plus court que certains autres terrains. Ce qui n’arrange pas une configuration en 3-5-2 qui fonctionne bien sur le terrain de Naples bien plus grand et large ou d’autres terrains. Je suis donc pas surpris que Chelsea ait facilement réussi à les étouffer. Mazzari aurait du le prévoir dans ses données d’avant match.

  5. christophe dit :

    Puis Naples avec Hamzik et Lavezzi inactif, bin, reste plus grand chose. Hmazik entre Lampard et Ramires, Inler a eu beaucoup de mal à le lancer comme il en a l’habitude. La sortie de Maggio a été préjudiciable à Napoli, il touche beaucoup de ballons, et Dossena le vaut pas non plus. Mazzari l’a déclaré, ils ont perdu leur meilleur joueur.
    Et Chelsea évoluait bien en 4-2-3-1 avec un Ramires en position assez basse, pour couper la ligne Inler-Hamzik.

  6. samirheny dit :

    ok ok je me rends les gars, apparemment je n’ai pas fais attention concernant le 4-2-3-1!

  7. Alem dit :

    Salut .
    Merci a toi pour cette analyse Florent .
    J’aimerais seulement ajouter que Naples aurait du jouer plus haut et prendre plus de risques pour étouffer Chelsea en faisant sortir ses latéraux sur les latéraux adverses par exemple .
    Dans l’ensemble il peut sembler que leur schéma soit fait pour encaisser mais en réalité il vaut mieux presser parce-que pour encaisser dans l’absolu il faut que votre schéma soit calqué sur celui de l’adversaire ce qui n’est pas le cas de Naples qui utilise plutot la zone que l’individuel , ce qui nous raméne au Pressing sur la relance .

  8. Dan dit :

    Hey would you mind stating which blog platform you’re working with?
    I’m planning to start my own blog soon but I’m having
    a tough time choosing between BlogEngine/Wordpress/B2evolution and Drupal.
    The reason I ask is because your design seems different then most
    blogs and I’m looking for something completely unique.
    P.S Sorry for getting off-topic but I had to ask!

  9. Hi there, always i used to check web site posts here
    in the early hours in the morning, because i like to gain knowledge of more and
    more.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *