Chelsea 1-3 Atletico Madrid, l’analyse tactique

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. yas sed dit :

    Très bon article comme toujours. On apprend beaucoup de choses
    merci.

  2. franz dit :

    Merci pour l’article !

    En lisant : « A gauche, Torres a tenté de profiter de la prise à deux sur Hazard en demandant le ballon dans le dos de Juanfran, afin d’attirer Miranda loin de sa zone de prédilection »; je me pose la même question que sur d’autres articles, notamment celui de bayern/réal, comment fait-on pour ne pas ‘payer’ une prise à deux (et pire à trois) en défense.

    Parce que, ce que je comprend c’est que lorsque l’on a qu’un seul Aillier comme ‘créateur’, si celui-ci est bloquer, l’équipe offensive se retrouve bloquer…

    Mais je me dis que si l’on rajoutte à cet aillier :
    + dans l’axe, des millieux offensifs driblleurs/passeurs (barca)
    et/ou
    +dans l’axe, des millieux offensif capable de frapper (chelsea, équipe de france)
    et/ou
    +un autre Aillier créateur (bayern)
    On fait forcemment exploser la defense!

    Mais dans ton article, tu dis : « Le Belge éteint, l’axe fermé, les Blues n’avaient que le jeu direct vers Torres ».

    L’axe fermé… comment ferme t’on l’axe ET le côté ?

    D’ailleurs, tu dis : »Ramires a été le premier à se signaler en allant offrir une solution dans la surface adverse, créant ainsi le décalage et s’offrant une bonne position de frappe. Un mouvement qui s’est reproduit sur le but de Torres »; ca renforce ma conviction, et j’ai encore plus l’impression qu’une équipe offensive qui ne profite pas d’une prise à deux, ce n’est que par frilosité tactique ou manque de leader de jeu (autre que ceux que la defense bloque)…

    Quelqu’un pour m’expliquer ca ?

  3. aziz dit :

    @franz
    Je pense que la réponse à ta question est la suivante. La prise à 2 voir à 3 ne te pénalise pas vraiment dans l’axe si l’ailier ne tente rien car en phase statique, les défenseurs dans l’axe même s’ils ne sont plus que 1 contre 1 ont l’avantage car ils voient le jeu et adaptent leur positionnement en conséquent. N’oublions pas qu’il leur suffit de dégager n’importe où alors que les attaquants doivent mettre le ballon entre les poteaux! Par contre si l’ailier tente le dribble, ça change tout. Le but de Chelsea est un exemple de ce que doivent faire des ailiers: dribbler, faire des gris-gris. En éliminant les 2 défenseurs de l’athlético, ça a tout de suite fait but car en plus du fait qu’il y avait deux défenseurs en moins, ça crée la panique! Les défenseurs dans l’axe sont aspirés et ne voient plus le mouvement des attaquants. En Europe et en France en particulier, ce genre de discours ne passe pas car on ne croit pas au dribble alors que pour moi c’est l’essence du foot!

    Pour revenir au match. J’ai eu l’impression que si on avait laissé à Mourinho le choix du terrain pour cette deuxième manche, il aurait choisit de jouer le retour à Madrid! Sa tactique était faite pour ça!
    Il tirait une tronche (même à 1-0)car je pense qu’il s’est rendu compte que l’Athlético n’était pas tombé dans le piège de l’attaque à tout prix qu’il espérait et jouait une vrai partie d’échecs.

  4. aziz dit :

    ….pour finir, n’oublions pas que les 3 buts de l’Athlético sont obtenus sur des erreurs défensives grossières et inhabituelles de la part de Chelsea (Terry glisse sur le premier, Et’o se fait avoir comme un débutant sur le 2eme et le 3eme est un une-deux avec la barre de Turan sous l’oeil passif des défenseurs). Le match aurait pu finir à 1-0 et on aurait dit que Mou est un génie (malfaisant mais génie quand même)

  5. franz dit :

    @aziz : je ne comprends pas ton explication.

    En effet, tu dis que : dans le cas d’un prise à 2 sur l’aillier, il doit : »dribbler, faire des gris-gris ». tu précises : « En éliminant les 2 défenseurs de l’athlético, ça a tout de suite fait but car en plus du fait qu’il y avait deux défenseurs en moins, ça crée la panique! »

    Effectivement, ca ne manque pas de bon sens!
    Si l’aillier gagne son 1vs2, il crée la différence.
    MAIS cela est vrai pour ‘n’importe’ quel duel gagné, même pour un 1vs1.
    OR la prise à deux me semble faite pour limiter la possibilité des ailliers de gagner leurs duels en créant une inégalité numérique.
    DONC ce que je comprends dans ta réponse, c’est que : alors qu’on lui a rendu la tâche plus difficile, l’aillier doit quand même gagner son duel.
    N’est-ce pas lui demander un exploit ?

    Déjà que gagner un 1vs1 à ce niveau est plus ou moins un exploit en soit…

  6. aziz dit :

    @franz,
    Il y a un malentendu. J’ai répondu à ce que je croyais être ta question: Pourquoi une prise à 2 voir à 3 affaiblissant numériquement l’axe défensif n’était pas si pénalisante que ça (pour la défense). Mon commentaire sur le dribble était que celui ci était la meilleur solution pour sortir de cette prise. Et contrairement à ce que tu crois, un dribble n’est difficile que pour des footballeurs qui n’ont jamais jamais appris à dribbler. C’est le cas en Europe où dès que tu entres en centre de formation, on te demande de passer et de ne pas dribbler. On caricature même en assimilant le dribble à l’individualisme voir de l’égoïsme. Dribbler 2 joueurs, on te demande pas de le faire 20 fois en un match car chaque fois que c’est réussie c’est presque tout le temps but après. Evidemment actuellement ce genre de joueurs il n’ y en pas des masses (surtout en France) mais ce n’est que parce qu’on encourage pas le développement de ce genre de profils. Pour moi, vu le développement et l’efficacité des tactiques défensives modernes, le salut viendra de là! Garrincha reviens….

  7. franz dit :

    Effectivement, ma question était : « Pourquoi une prise à 2 voir à 3 affaiblissant numériquement l’axe défensif n’était pas si pénalisante que ça pour la défense »

    Pour ce qui est des dribbles, j’ai trouvé ca :
    « la Ligue 1 a le plus faible nombre de dribbles réussis (5,55 dribbles/match) des cinq grands championnats européens. Face à des défenses généralement denses et peu permissives, les techniciens de l’hexagone peinent à faire la différence individuellement. Il est vrai que la L1 souffre de la comparaison en terme de niveau technique.

    Le niveau assez faible de l’Espagne (6,43 dribbles/match), juste devant l’Angleterre (6,32 dribbles/match) peut surprendre.

    C’est la Bundesliga qui s’en sort le mieux dans ce secteur, assez largement (12,6 dribbles/match). Les joueurs offensifs, notamment sur les ailes, y sont percutants. »

    http://aworldoffootball.com/2012/11/les-cinq-grands-championnats-europeens-au-crible-statistique/

    Quand je vois ces stats, je me dis que le dribble n’est pas si évident que ca…

  8. Jack dit :

    @aziz
    Dribbler n’est pas facile en 1 vs 1 déjà quand le joueur adverse t’attend en position statique. Dribbler lors d’une prise à deux sur l’aile donc dans un périmètre réduit c’est encore plus difficile et c’est réellement condamner ton ailier à l’exploit. Les deux joueurs couvrent l’extérieur et l’intérieur du joueur et en plus leurs niveaux est trop élevé pour se faire dribbler tous les deux à chaque fois. Si Hazard réussit à passer ne serait-ce qu’une fois entre les deux ces derniers feraient faute sans hésiter. Le meilleur moyen de se sortir d’une prise à deux c’est de créer un surnombre sur l’aile (Willian ou Torres) ou alors de revenir en arrière et de réorienter le jeu de manière efficace en profitant des espaces.

  9. Alex dit :

    Pour moi dès le match aller au moins une action a montré que le bloc défensif) de Chelsea était trop lent (trop compact) pour se déplacer latéralement, le 1er but au retour en a été l’illustration.
    Simeone a été plus fort que Mourinho cette fois-ci.
    Laurent Blanc peut se repasser en boucle la cassette de ce match…

  10. franz dit :

    Ma question reste en suspend :
    +Pourquoi une prise à 2 sur l’ailiers, affaiblissant numériquement l’axe défensif, n’est finalement pas si pénalisante que ça pour la défense ?
    question qui peux aussi se traduire par :
    +Comment se fait-il que les équipes offensives profites si difficilement d’une prises à 2 de leur(s) ailier(s) ?

    J’y répondrai par :
    Si les ailiers sont les créateurs offensifs habituels d’une équipe, les bloqués oblige cette équipe à trouver un plan B.
    Or ce plan B est, pour le coup, peux être moins efficace dans l’absolu et même inefficace contre une opposition donnée.

    Cela parait être du bon sens, mais ça semble réducteur pour des équipes jouant dans le dernier carré de la ligue des champions qui, il me semble, devrait avoir prévu un plan B/C/D pour répondre à toutes formes d’oppositions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *