France – Uruguay : les clés du match

Enfin, on y est ! Dans quelques heures, l’Afrique du Sud donnera le coup d’envoi de la Coupe du Monde 2010 face au Mexique. Quelques minutes après ces 90 premières, ce sera au tour de la France de faire son entrée dans la compétition face à l’Uruguay. Domenech a profité des trois matchs de préparation pour tester plusieurs formules. Il a eu une semaine pour cogiter sur chacun d’entre elles et choisir la meilleure pour battre la Celeste. e-foot anticipe et imagine les clés de la rencontre.

Le onze uruguayen :

A moins qu’il n’y soit allé au bluff, Oscar Tabarez a déjà dévoilé le onze de départ qui sera sur la pelouse du Cap vendredi. S’il n’y a pas de véritable surprise dans le choix des joueurs, le schéma de jeu est un peu plus étonnant quand on est habitué au football européen. L’Uruguay s’organisera en 3-4-1-2 : trois défenseurs, quatre milieux de terrain dont deux défensifs et deux pistons sur les côtés, un milieu offensif et deux attaquants. Pour le nom des joueurs, ça se passe ci-dessous.

On jouerait tout pour l’attaque côté uruguayen ? Pour le savoir dans cette organisation tactique, il suffit de nous pencher sur les deux joueurs de couloir : Alvaro et Maxi Pereira. Le premier évolue au poste de latéral gauche au FC Porto. Le second en fait de même mais côté droit chez le rival du Benfica. Les deux hommes ne sont pas vraiment connus pour leurs qualités techniques ce qui enlève la possibilité de les voir remonter le terrain en solitaire pour apporter des ballons propres à Forlan et Suarez.

Le constat est le même pour les deux milieux axiaux que sont Diego Perez et Arevalo Rios, beaucoup plus connus (je parle surtout pour le premier, je l’avoue) pour leur agressivité et leurs qualités de combattant devant la défense que pour leur capacité à dépasser leur fonction et porter le surnombre. Passer par eux au moment de relancer vu les habitudes du 4-3-3 français en matière de pressing peut s’avérer compliqué. Dès lors, la solution directe vers les attaquants pourraient être privilégiées. Forlan et Suarez seraient alertés le plus rapidement possible et auraient pour rôle de tenir le ballon ou faire la différence en attendant que le bloc remonte. Positionné devant tout le monde, Ignacio Gonzales ferait lui office de solution courte et au sol entre les lignes françaises.

Hypothèse – En phase défensive :

A partir de là, l’Uruguay en phase défensive pourrait ressembler à ça : cinq défenseurs, deux milieux très proches devant la défense pour former un bloc de sept joueurs (à la manière des six de Mourinho face au Barça et au Bayern), un harceleur (toujours façon Inter avec Sneijder) et deux attaquants devant qui chercheraient à s’excentrer dans le dos des latéraux pour éviter les duels directs avec les stoppeurs français (et ainsi tenir le ballon pendant quelques secondes). Du coup, sans le ballon et dans sa moitié de terrain, on peut imaginer l’Uruguay comme ça.

Hypothèse – La phase de préparation :

On a déjà abordé la solution directe vers Forlan et Suarez pour éviter le pressing du 4-3-3 français mais l’Uruguay a aussi la possibilité de ressortir proprement de sa moitié de terrain. En ajoutant un défenseur, Tabarez ajoute aussi une solution de passe facile pour les autres défenseurs. Dès lors, la circulation de balle dans leur moitié de terrain sera grandement facilitée. Et le pressing haut des Français plus facile à court-circuiter. On peut imaginer l’Uruguay se déployer par les ailes en écartant les stoppeurs gauche et droit, ces derniers laissant un milieu défensif (Perez ?) s’installer aux côtés de l’axial restant si besoin. Cela permettrait à Alvaro et Maxi Pereira de monter (et de tenter) tout en couvrant leurs arrières.

Hypothèse – La phase de repli :

Vu les les forces françaises sur les côtés, notamment à gauche, l’Uruguay devra absolument ralentir la sortie de balle française. Le 3-5-2 oblige l’équipe qui le pratique à faire monter participer ses deux latéraux aux phases offensives. Si Alvaro ou Maxi Pereira perdent eux-mêmes le ballon, leurs coéquipiers de l’axe devront immédiatement réagir en allant s’opposer à la sortie de balle française. Si les Bleus réussissent à remonter rapidement le ballon sur un côté ou à renverser le jeu aussi vite, ils créeront obligatoirement le danger. Dès lors, Forlan et Suarez pourraient abattre un vrai travail (inhabituel) de pressing sur les latéraux adverses. Idem pour Gonzales sur Toulalan si ce dernier se retrouve sollicité pour changer le jeu.

Derrière, la défense à trois va permettre à Tabarez de coller un joueur aux basques d’Anelka lorsque celui-ci cherchera à décrocher tout en conservant deux stoppeurs en couverture pour couvrir les prises d’espaces de Gourcuff ou de Malouda. Bien évidemment, cette option ne fonctionne que lorsque Maxi et Alvaro Pereira sont repliés et au marquage des ailiers français. Dans le cas contraire, les Bleus se retrouveraient en très bonne position pour mener une attaque rapide. Dans ce cas, Rios et Perez pourraient aussi compenser mais cela ferait voler en éclat le bloc de 7 qui risque d’être le point fort uruguayen demain.

Conclusion :

Au vu de toutes ces hypothèses sur le jeu uruguayen, le salut des Français passera évidemment par les côtés. Plus les sorties de balle seront rapides dans la moitié de terrain bleu, plus le danger sera présent sur les cages de Musiera. La conservation du ballon n’aura aucun effet positif sur l’animation offensive des Bleus, il faudra aller vite pour mettre les joueurs de couloir adverses hors de position. Si ils n’y parviennent pas, les Français devront compter sur le rendement offensif de leurs latéraux pour venir créer le surnombre dans les couloirs et permettre aux ailiers de venir peser dans la surface où ils seront attendus par cinq adversaires. Mais attention, Forlan et Suarez profiteront du moindre espace dans le dos d’Evra et Sagna pour créer le danger…

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 33forever dit :

    « trois défenseurs, quatre milieux de terrain dont deux défensifs et deux pistons sur les côtés, un milieu offensif et trois attaquants ». J’ai l’impression qu’ils ont mis toutes les chances de leur cote pour nous battre…

  2. Matris dit :

    3-5-2 ou 5-3-2 cela sera très regroupé ! en voila une analyse intéressante ; ) les clés du match risquent d’être dans le placement et le replacement et aussi la tenue du ballon la plus directe sera récompensée… difficile de parier sur un score large ^^ un nul ne sera pas mal, une victoire nous propulserait vers un statut possible de 1re equipe qualifiée des 32 au départ, un pied de nez à tous les médisants depuis des mois… allez les Bleus : ) merci Florent

  3. Florent dit :

    @33 : c’est corrigé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *