Afrique du Sud 1-1 Mexique : L’Aztec refroidi

Ca y est c’est parti ! L’Afrique du Sud et le Mexique ont lancé le Mondial 2010 en se séparant dos à dos (1-1). Après une première période sans but malgré les velléités mexicaines, les locaux ont ouvert la marque à la 55ème minute sur un contre magnifique conclu par une énorme frappe de Tshabalala. Plusieurs balles de break plus tard, ils ont craqué sur une grosse erreur de placement d’un de leur défenseur qui a permis à Hernandez, Salcido et Marquez, le buteur, de rester en jeu pour égaliser tranquillement. C’est parti pour l’analyse !

Au coup d’envoi :

Pas de surprise d’un côté comme de l’autre. e-foot retrouve le même Mexique qu’il a découvert face à l’Italie, tant dans le onze de départ que dans l’animation (voir l’article). Enfin presque puisque Guille Franco prend la place de Hernandez à la pointe de l’attaque aztèque. Côté sud-africain, Parreira aligne un 4-5-1 avec Mphela en pointe. La star Pienaar se révèle rapidement comme étant le seul électron libre d’un système où tout le monde a un rôle bien défini, tant en attaque qu’en défense.

La première mi-temps :

Les premières minutes ne laissent place à aucun doute dans la tête des pronostiqueurs : le Mexique est supérieur. El Tri exerce un très gros pressing dans le camp adverse, prive l’adversaire de ballon et Giovani joue les accélérateurs dans l’axe derrière un duo Vela-Franco qui pèse sur la défense centrale. L’Afrique du Sud, qui a tenté de faire front en attendant le Mexique assez haut, recule et ne peut qu’encaisser. Mokoena sauve le 1-0 des pieds de Giovani et Mphela se retrouve à courir après les missiles renvoyés par sa défense.

Mais les débats vont rapidement s’équilibrer. L’Afrique du Sud abandonne son envie de tenir tête aux Mexicains au milieu et décide d’attendre les offensives adverses. Pienaar se met lui aussi au boulot en défense, un milieu sud-africain reculant devant la défense pour s’occuper du cas Giovani qui s’intercalait parfaitement jusqu’ici. Ce bloc rapidement mis en place par Parreira contient parfaitement les offensives mexicaines : l’Afrique du Sud est en surnombre dans l’axe et les défenseurs mexicains peinent à sauter le milieu de terrain pour atteindre leurs latéraux sur les ailes.

Résultat de cette réorganisation défensive, les Sud-Africains interceptent un grand nombre de ballons dans l’entrejeu. Torrado et Juarez sont encerclés entre quatre adversaires et les latéraux ne réussissent pas à se rendre disponible. Le ballon récupéré au milieu et dans l’axe, les Bafana Bafana peuvent relancer avant que le pressing adverse (plus efficace dans les couloirs) ne se mette en place. Avec des combinaisons très simples (une-deux, redoublements etc…), ils se retrouvent dans le camp adverse face à des Mexicains sur le reculoir.

Et lorsqu’ils reculent, les Mexicains défendent très mal. Pour des latéraux très offensifs, les milieux défensifs compensent en reculant à hauteur de la défense (voir l’article). Mais il n’écarte pas assez pour couvrir les deux côtés. Résultat, le bloc défensif mexicain (les quatre défensifs et trois milieux) se retrouve à couvrir une seule moitié de la largeur du terrain. Les ailiers ne se repliant pas, pour profiter des ballons de contre, l’Afrique du Sud se montre dangereuse en utilisant toute la largeur du terrain (généralement, passes courtes d’un côté pour attirer le bloc et renversement avec la montée du latéral).

Le statut de la mi-temps :

La deuxième mi-temps :

Au retour des vestiaires, le Mexique change d’animation. Les latéraux montent moins et laissent aux ailiers (Giovani et Vela) le soin d’animer les couloirs. Aguilar et Salcido (les latéraux) cherchent plus à jouer avec leurs milieux de terrain pour faciliter la phase de construction. Marquez monte lui aussi d’un cran pour que le Mexique rivaliser enfin en nombre dans l’axe. Peine perdue, sur sa première montée, Torrado perd le ballon. L’Afrique du Sud lance rapidement une contre-attaque d’école qui se concluera par l’ouverture du score de Tshabalala (voir le but).

Aguirre avait déjà préparé un changement : Guardado remplace Aguilar et le Mexique passe en 4-4-2 : Suarez prend la place d’Aguilar à droite, Guardado s’installe milieu gauche, Giovani dans l’autre couloir et Marquez-Torrado restent dans l’axe devant Osorio et Rodriguez. Le Sud-Africains résistent assez haut dans leur moitié de terrain et continuent de gêner la préparation mexicaine qui manque désormais cruellement de solutions dans la profondeur.

Celle-ci arrivera en deux temps : d’abord l’entrée de Blanco (à la place de Vela, 69e) qui va mettre en route progressivement la machine en tournant et virant au milieu de terrain. Puis Hernandez qui prend la place de Guille Franco devant (73e). Le premier offrira deux balles de but au second en passant par-dessus la défense sud-africaine mais le second manquera son dernier geste. Heureusement pour el Tri, le capitaine Marquez remet les deux équipes à égalité en profitant du placement hasardeux d’un défenseur sud-africain (voir le but).

Ce dernier peut d’ailleurs s’en vouloir autant que ses attaquants. Avec le passage en 4-4-2 du Mexique, ces derniers ont eu une balle de break et une autre de victoire dans les arrêts de jeu. Comme sur le premier but, la charnière centrale mexicaine est apparue comme complètement perdue face à la vitesse des attaquants sud-africains. Malheureusement pour eux, Modise a perdu son premier duel face à Perez et Mphela a trouvé le poteau sur sa toute dernière tentative.

La suite ?

Je dois avouer que l’Afrique du Sud m’a agréablement surpris. C’est bien en place derrière, ça a su réagir aux modifications de l’adversaire et ça a su créer de beaux mouvements offensifs basés sur des déplacements parfaitement coordonnés des offensifs. En revanche, les coups de pied arrêtés risquent d’offrir pas mal d’occasions à leurs futurs adversaires. Côté Mexicain, c’est bien évidemment la déception du jour. Aguirre avait-il pris son premier adversaire de haut (le coup des ailiers qui ne bossent pas défensivement…) ? En tout les cas, ils n’ont déjà plus le droit à l’erreur. Mais je les imagine tout à fait capables d’être meilleurs (façon Italie) lorsqu’ils auront l’Uruguay ou la France face à eux.

Ma suite ?

Direction le Milo’s Café à Bordeaux pour la première soirée Chezlesgirondins/NoVuvuzela pour mater France-Uruguay. Si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Footballwrite dit :

    Exactement !
    Grosse perf’ de l’Af Sud qui en a surpris plus un . Ils ont su élever leur niveau pour accueillir, et pour participer à ce grand évenèment mondial, et ceci fait très plaisir .
    Contente néanmoins pour le Mexique , car Marquez ( qui n’est pas revenu il y a si longtemps ) ( E foot, si tu peux me confirmer ça :p ) , a marqué !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *