Bosnie 0-2 France : Le milieu des Bleus passé au crible

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Erwann dit :

    Ce que j’ai aussi trouvé intéressant dans ce milieu de terrain, c’est qu’il associait des profils dignes d’un « Manuel pratique du 4-3-3 » :

    Une sentinelle devant la défense (Diarra) ;
    Un 8 chargé d’aller chercher les ballons assez loin et les remonter (M’Vila) ;
    Un box-to-box/meneur de jeu reculé (Diaby).

    Je dirais que cette complémentarité a bien aidé à mettre en place un jeu cohérent et efficace.

    Efficacité tout de même bien aidée par le fait que la Bosnie ait été assez joueuse : le match m’a d’ailleurs rappelé le retour contre la Serbie, où un trident Toulalan-Lass-Gourcuff (là aussi complémentaire sur le papier) avait mangé des serbes qui n’avaient pas cherché à fermer le jeu.

  1. 1 octobre 2010

    […] Les experts du foot international sont impitoyables. “Effectuer des tacles met l’équipe en danger. Les défenseurs doivent rester sur leurs appuis et faire preuve de toute l’agressivité nécessaire pour récupérer le ballon sans se jeter déraisonnablement dans les jambes de leurs adversaires“. RIP Eric Di Meco… Les équipes qui défendent debout sont de redoutables contre-attaquantes. Une récupération propre, haute sur le terrain pour une projection laser vers l’avant. Justement, les “transitions rapides” sont la “clef du football moderne“, dixit les rapporteurs. Mon voisin de comptoir n’aurait pas dit mieux. Même le nouveau sélectionneur français a commencé à appliquer cette philosophie contre la Bosnie en faisant jouer un milieu def’ très haut sur le terrain. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *