Barcelone – Arsenal, les clés du match

On y est. Trois semaines que le football européen attend le match retour entre Barcelone et Arsenal et le voilà ! D’un côté, les Catalans veulent leur revanche après un dernier quart d’heure cauchemardesque à l’Emirates ; de l’autre, Arsenal se prend à rêver à envoyer un énorme message à l’Europe en sortant le grand Barça dans son Nou Camp. Pour les mémoires défaillantes, voilà un petit lien vers l’analyse du match aller.

Les équipes probables :

Barcelone. Piqué suspendu, Puyol blessé, Barcelone va devoir composer sans sa défense centrale titulaire. Trois solutions s’offrent à Guardiola pour deux postes : Abidal, Busquets et Milito. A priori, le Français devrait conserver sa place dans l’axe et laissait le côté gauche à Maxwell ou plus vraisemblablement Adriano. Si la presse espagnole annonce Busquets aux côtés de l’ancien Lyonnais, la solution Milito n’est pas impossible à envisager au vu de l’importance qu’a eu Busquets à l’aller pour museler Fabregas. Devant, pas de surprises a priori : Valdes – Daniel Alves, Busquets (ou Milito), Abidal, Maxwell (ou Adriano) – Keita (ou Busquets), Xavi, Iniesta – Pedro, Messi, Villa.

Arsenal. Là aussi, Wenger doit faire avec plusieurs absences. Walcott et Song sont d’ores et déjà forfaits : le premier sera a priori supplée par Eboué, le deuxième par Diaby. Si Fabregas devrait tenir sa place, la plus grande incertitude réside dans la présence ou non de Van Persie dans le onze de départ. En attente d’examens complémentaires, le Néerlandais se retrouve en ballotage avec Bendtner et Chamakh. Au vu du match, et en imaginant les deux remplaçants à un même niveau de forme, la présence du Marocain apparaît plus adéquate. Mais est-il en forme, c’est la question… Szczesny – Sagna, Djourou, Koscielny, Clichy – Wilshere, Diaby (ou Denilson) – Eboué, Fabregas, Nasri – Van Persie (ou Chamakh ou Bendtner).

Les clés Gunners :

Fermer les couloirs. C’est un indispensable face au Barça. Les ailiers doivent être en mesure de fermer face au jeu très offensif des latéraux catalans. Nasri et Walcott l’avaient très bien fait à l’aller face à Daniel Alves et Maxwell. Le premier avait ensuite été utile dans la conservation du ballon dans le camp adverse alors que le second s’était retrouvé sur certaines opportunités intéressantes en contre. Malheureusement pour Arsenal, c’est Eboué qui fermera le couloir droit demain soir. S’il est capable de résister défensivement, l’Ivoirien ne possède pas le jeu en profondeur de son titulaire. Voilà qui enlève une arme aux Gunners, et pas des moindres.

Le rôle de la pointe. Il risque d’être très ingrat. Des ailiers qui défendront, un Fabregas qui y sera certainement obligé aussi, comme à l’aller, l’attaquant de pointe des Gunners risque de rester souvent très seul face à la charnière centrale catalane. Pour s’en sortir et soulager ses partenaires, il devra absolument se retrouver en position de gagner des duels, de les éviter ou d’obtenir des fautes. Cela passera par une grosse capacité à jouer en pivot et à couvrir le ballon… Mais aussi par des déplacements intelligents, profitant pourquoi pas des nombreuses montées des latéraux adverses. Retarder le duel et espérer qu’une solution rapide se présente à lui en somme…

Les clés Blaugranas :

Tenir Fabregas. Le grand classique. Si Alves et le latéral gauche vont forcer les ailiers à défendre, la clé pour étouffer Arsenal (le but annoncé par Adriano) sera de museler Fabregas, le troisième et dernier soutien direct de l’attaquant de pointe. A l’aller, Busquets s’en était chargé et plutôt bien jusqu’à la baisse physique de l’équipe dans le dernier quart d’heure. A voir si Mascherano (si c’est lui) aura la même capacité à limiter l’influence de l’Espagnol. Attention aussi aux dézonages de Eboué et Nasri pour mener quelques contres. Walcott l’avait fait plutôt bien à l’aller, se retrouvant alors dans une position de 10 derrière deux attaquants (Fabregas et Van Persie).

Gagner le milieu. Ça vaut pour tous les matchs mais là peut-être un peu plus. La bataille du milieu s’annonce acharnée. Si la zone devrait offrir un trois contre trois (Wilshere, Diaby, Fabregas / Mascherano, Xavi, Iniesta), Messi risque, comme à l’aller, de décrocher très souvent pour que le Barça se retrouve en surnombre dans cette zone. Pour cela, il faudra qu’il ne soit pas suivi par Koscielny ou Djourou. Et, pour ce faire, ces deux-là devront être fixer par la présence de Villa ou de Pedro dans l’axe. Le premier l’avait très bien fait à l’aller et sa sortie avait d’ailleurs coïncidé avec le début de la stérilité offensive catalane.

Conclusion :

Un match qui s’annonce passionnant à n’en pas douter… Ou au moins la première demi-heure. Lorsque les deux onzes de départ seront annoncés, on y verra déjà un peu plus clair : Maxwell ou Adriano ? Busquets ou Milito ? Chamakh, Van Persie ou Bendtner ? Ces choix-là dicteront les duels-clés qui en découleront. Outre l’activité d’un Messi dans l’entrejeu, le rendement d’Iniesta sera aussi déterminant… Car si le héros du dernier Mondial est dans un grand soir, l’Argentin n’aura pas forcément besoin de décrocher pour aider à l’accélération de la circulation de balle. Autre élément primordial, la condition physique des deux équipes : pour peu que le Barça soit toujours en-dedans, tout peut être possible. Ou presque… Coup d’envoi 20h45 !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *