Barcelone 1-1 Real Madrid, l’analyse tactique

Pas de K.O. pour ce quatrième et dernier round entre le Barça et le Real mais un match qui provoquera certainement quelques regrets dans les rangs madrilènes. Outre la sensibilité vis-à-vis des arbitres, les socios du Real pourront se demander ce qu’il serait advenu une semaine plus tôt avec des Merengues plus entreprenants. Néanmoins, au bout des 180 minutes, on retiendra surtout la maîtrise générale du Barça sur les débats qui pèse beaucoup plus lourd que les éléments sujets à discussion.

Les compositions :

S’il n’a pas osé titulariser Abidal, préférant reconduire Puyol sur le flanc gauche de la défense, Guardiola a choisi de lancer Iniesta d’entrée malgré son récent retour de blessure. Excepté Mascherano qui dépanne toujours dans l’axe, c’est donc l’équipe-type du Barça qui est aligné par l’entraîneur catalan : Valdes (1) – Alves (2), Mascherano (14), Piqué (3), Puyol (5) – Busquets (16), Xavi (6), Iniesta (8) – Pedro (17), Villa (7), Messi (10).

Du côté du Real, Mourinho doit composer avec les absences de Pepe et de Ramos, tous deux suspendus. Absent à l’aller, Carvalho fait son retour dans le onze de départ et s’installe aux côtés d’Albiol ; au milieu, Kaka remplace numériquement Pepe et inverse donc la pointe du triangle dans l’axe : Casillas (1) – Arbeloa (17), Albiol (18), Carvalho (2), Marcelo (12) – Diarra (10), Xabi Alonso (14) – Di Maria (22), Kaka (8), Ronaldo (7) – Higuain (20).

Le plan du Real :

La semaine dernière, le Barça avait parfaitement su répondre au milieu de terrain densifié du Real (voir l’analyse tactique). En résumé : Villa et Pedro étiraient la ligne de défense et fixaient les latéraux dans leurs couloirs en s’excentrant au maximum ce qui offrait un quatre contre trois pour le Barça dans l’axe (Pepe, Xabi Alonso, Diarra vs Xavi, Keita, Busquets + Messi). Fort de sa victoire au Bernabeu, Guardiola a sensiblement ressorti le même projet de jeu. Mais le Real s’y était préparé en mettant en place un pressing très haut faisant participer tout le bloc.

Première nouveauté dans l’organisation du Real, Kaka apporte une présence supplémentaire dans la zone de Busquets qui s’était promené une semaine plus tôt. Avec Xabi Alonso qui se charge de suivre Xavi jusque dans ses décrochages dans le camp adverse, le Brésilien forme une paire qui s’oppose plutôt bien aux deux rampes de lancement habituelles du Barça durant le premier quart d’heure. Dans le camp madrilène, Diarra suit Iniesta à la trace de la même façon qu’il l’avait fait avec Keita lors du match aller. Reste alors le cas Messi à négocier.

En effet, lorsque les équipes tentent d’aller chercher le Barça jusque dans sa moitié de terrain comme l’a fait le Real, l’Argentin est la clé pour le Barça. S’il est trouvé dans le dos des milieux de terrain et place son accélération face à la défense, le danger est forcément là. Pour s’occuper de son cas, Ricardo Carvalho sort de sa ligne de défense pour suivre les décrochages de l’Argentin et l’empêcher de se retourner. Tout a fonctionné jusqu’à son carton jaune et les quelques grosses fautes qui suivirent. Flirtant avec le rouge, le stoppeur doit se faire oublier… Et, forcément, le Real de se réorganiser.

Carvalho menacé d’expulsion, le Real a donc besoin d’un joueur capable de s’occuper des déplacements de Messi derrière le milieu de terrain madrilène. C’est Diarra qui s’y colle en glissant devant la défense. Forcé de lâcher le marquage d’Iniesta, il est alors supplée par Kaka qui redescend à hauteur de Xabi Alonso. Conséquence, le Real évolue plus bas et offre le rond central à la paire Xavi-Busquets qui se retrouve désormais en surnombre et peut lancer tranquillement le jeu catalan. De là, on commence à voir les combinaisons habituelles côté droit avec les appels de l’ailier à l’intérieur et celui de Alves dans la profondeur.

Pressing :

Il faut noter que les deux équipes ont cherché à presser très haut dans le camp adverse. C’est le cas du Real qui a su adapter son schéma au Barça du match aller, mais c’est aussi le cas des Catalans qui ont constamment tenté d’enfermer les Madrilènes sur les côtés grâce, notamment, à des latéraux suivant le repli des ailiers adverses. A plusieurs reprises, les Madrilènes se sont retrouvés dépassés par le nombre dans des petits périmètres, obligés de faire l’enchaînement parfait sous peine d’une perte de balle dangereuse.

Suite et fin :

Le but refusé à Higuain, et la frustration s’en suivant, passés, la deuxième mi-temps s’est déroulé selon un schéma assez similaire à la première. Les Madrilènes reprennent leur pressing (selon le schéma 1.). Mais le Barça réussit à le déjouer, notamment sur l’action permettant à Iniesta d’envoyer Pedro à l’ouverture du score. Il faut dire que le bloc du Real n’est plus aussi compact qu’en début de partie (facteurs fatigue et sanction ?). Et que Valdes est aussi un excellent relanceur puisque c’est lui qui, en une passe, élimine les cinq madrilènes et lance l’action du but.

Cinq Madrilènes éliminés sur une passe et six Catalans prêts à poursuivre l’action.

Une dizaine de minutes plus tard en revanche, le pressing madrilène paye et Di Maria prend à revers la défense du Barça avant de servir Marcelo pour l’égalisation. Replacé dans l’axe au fil des remplacements, l’Argentin vient de réussir ce que Kaka aurait peut-être réalisé au sommet de sa forme, à savoir réussir à faire une différence sitôt le ballon récupéré pour prendre à défaut le pressing barcelonais. Derrière, l’action est limpide et la défense prise de vitesse. Manchester (ou Schalke) est prévenu : si le Real a offert quelques pistes intéressantes sur le plan du système défensif, celui-ci ne remplacera pas des offensifs en pleine forme et capable de résister à la machine à presser qu’est le Barça.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 avril 2012

    […] qui a le don de ne pas obliger Terry ou Cahill à sortir pour suivre Messi partout sur le terrain, comme avait pu le faire Ricardo Carvalho avec le Real ou, plus récemment, Victor Ruiz avec Valence. Sur les côtés, le marquage reste le même avec […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *