[Bandelette n°11] Côté faible, intelligence et talent

Je vous l’avais promis au cours de l’analyse du dernier Toulouse-Marseille ; la voilà, avec quelques heures de retard, la onzième bandelette d’e-foot.eu décortiquant le splendide but inscrit par Paulo Machado dimanche soir. Si beaucoup retiennent la finition, magnifique il est vrai, celle-ci est surtout la conséquence d’une action magnifiquement menée avec, à la base, une relance intelligente, du jeu sans ballon et le talent ponctuel de Kazim-Richards à la pointe de l’attaque des Violets.

Une fois n’est pas coutume, on va se lancer immédiatement dans la description de cette action et de la première bandelette car il y a beaucoup de choses à dire sur le sujet. On va démarrer par la récupération de balle des Toulousains. Elle est l’oeuvre d’Albin Ebondo qui jaillit au bon moment dans les pieds de Lucho (juste avant l’image 1). Au moment où le ballon est chipé à l’Argentin, les Marseillais sont en pleine phase offensive : on distingue sur la première image le quatuor d’attaque marseillais resserré dans un petit périmètre pour trouver des solutions dans le jeu court en attendant la remontée du reste du bloc. Parmi ces quatre offensifs, on retrouve Mathieu Valbuena, ailier droit sur la feuille de match mais sur le côté gauche au départ de cette action. C’est à ce moment précis que Toulouse fait la première différence : au moment de relancer, Ebondo ne se pose pas de questions et sert Tabanou, l’ailier gauche déjà en place qui n’a plus personne face à lui. Comme je l’ai dit, Valbuena est à gauche et en plus, Lucho, le milieu axial droit de l’OM vient de perdre le ballon.

Sans opposition, Tabanou progresse tranquillement. On en arrive à l’image 2 de cette première bandelette. Dans l’axe, on aperçoit parfaitement le milieu de terrain marseillais, un milieu à trois avec Lucho et Cheyrou devant Kaboré. On note qu’à l’intérieur du triangle formé par les trois hommes se trouve Machado, le futur buteur. Et on voit aussi qu’en bas à droite de l’image, l’autre milieu axial toulousain, Sissoko est complètement seul. A partir de là, la défense marseillaise, consciente de ce déséquilibre n’a plus trop le choix, il faut à tout prix empêcher Tabanou de renverser le jeu. Les trois milieux marseillais glissent alors du rond central vers la gauche du terrain pour resserrer l’étreinte autour du jeune ailier gauche. Celui-ci décide de temporiser et profite de l’appel de son latéral, M’Bengue pour se donner quelques dixièmes de réflexion. La course de ce dernier est en effet surveillée à distance par Laurent Bonnart histoire d’éviter de se faire déborder sur le gauche et de devoir gérer un centre vers la droite où les Toulousains auraient toutes les chances d’être en surnombre.

En effet, après Sissoko dans l’image 2, le déplacement du milieu à trois marseillais a libéré de tout marquage Machado plein axe. Ce sont donc maintenant quatre Toulousains (Machado, Kazim, Sissoko et Braaten) qui se retrouvent face à trois Marseillais (Diawara, M’Bia et Taïwo) devant la surface de Mandanda. Complètement invisible jusqu’alors, Kazim-Richards entre en scène en jouant le point d’appui axial que Toulouse attend depuis le début de la partie. Je vous rappelle qu’à ce moment du match, les Toulousains étaient menés et avaient perdu leur patience pour construire et créer des décalages sur les côtés. L’axe était alors imprenable. Jusqu’à cette 39ème minute et le léger décrochage de Kazim donc, suivi de près par Diawara. Tabanou parvient à le servir en glissant son ballon à l’intérieur du triangle « Lucho-Bonnart-Kaboré ». On relèvera au passage qu’un droitier aurait peut-être pu aller directement chercher Machado plein axe en passant par l’autre triangle. Arrivé à ce moment de l’action, l’attaquant turc du Téfécé n’a pas 36 000 choix à faire.

Le positionnement de Bonnart et la course de M’Bengue l’empêchent de renvoyer le ballon dans le couloir gauche. La solution individuelle n’est pas non plus la meilleure : il a Diawara dans son dos et Kaboré qui revient à grandes enjambées pour fermer la solution en retrait. Malheureusement pour lui, l’ancien joueur de Libourne Saint-Seurin ne se replie pas assez vite pour empêcher la remise de balle en une touche et à l’aveugle (s’il vous plaît) vers Machado. On assiste ici à l’une des phases de jeu les plus dangereuses pour les équipes évoluant avec un milieu récupérateur devant la défense : lorsqu’un adversaire réussit à servir un partenaire entre le milieu défensif et la défense centrale. C’est ce que fait Kazim, le talent et sa talonnade lui permettant de surprendre à la fois Kaboré et Diawara. Nous voilà à la fin de l’action. M’Bia se retrouve à devoir gérer un deux-contre-un à 20 mètres de ses buts. La présence de Sissoko dans la zone l’empêche de monter sur Machado. La course de l’international français le fait même hésiter et trébucher. Machado n’en demandait pas temps et ajuste Mandanda magnifiquement. Une action d’école.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *