Arsenal – Bayern : les 10 minutes londoniennes

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. franz dit :

    Merci pour la vidéo.

    Première grosse interrogation : le pressing du bayern accepterai le 3v3 dans le rond central mais pas un 2v2 dans ce même rond central (quand flamini redescend) ?

    deuxième chose : le pressing du bayern laisserai donc un joueur esseulé, le MOd/g? quand on sais que ce poste peux être dévollu à des mecs comme ronaldo, lucas, el sharawy ou d’autres experts de la percussion, ou des meneurs comme valbuena, gourcuff (cf. ton article sur lyon en début d’année) pour aidé à remonté le bloc. ca me semble un peu léger, non ?

    Franz

  2. Première réponse : c’est évoqué rapidement dans le sujet. Peut-être l’envie d’éviter les deux-contre-deux avec Wilshere et Özil, qui peuvent éliminer sur un contrôle leurs adversaires. Après, je pense surtout que les Bavarois ont surtout mal fait les choses durant ces 10 minutes de jeu (tous les problèmes sont évoqués dans la vidéo à la fin) et qu’ils ont dû ingurgiter les corrections à effectuer dans la semaine.

    A noter que la saison dernière, Heynckes autorisait le deux-contre-deux : il faisait coulisser son double pivot sur les côtés de manière à couvrir les sorties des latéraux. Situation surtout visible contre la Juventus d’ailleurs. Vu que Kroos et Thiago n’était jamais aligné avec Javi Martinez, cela n’était pas possible face à Arsenal.

    Les difficultés des latéraux (Alaba surtout, orphelin de Ribéry à gauche à mon avis) ont aussi beaucoup pesé dans les difficultés des 10 premières minutes.

    Deuxième réponse, c’est pas « léger » c’est une option de jeu : défendre sur les solutions courtes quitte à laisser un joueur libre côté opposé, c’est quasi-forcé quand on décide de mettre en place un pressing haut sur le terrain (cf. le Borussia Dortmund, qui laisse toujours l’aile opposée sans adversaire par exemple). Si le pressing avait été bien fait contre Arsenal (travail sur Flamini et des côtés), il n’y aurait pas eu les points faibles constatés dans la vidéo.

    J’insiste sur l’utilisation intelligente du ballon par Arsenal, mais le Bayern n’était pas au niveau non plus sur le début de match. Mais j’ai préféré mettre en avant la réussite des Gunners, et la distribution du jeu (qui se faisait dans le second quart du terrain jusqu’à la création du décalage et une accélération rapide pour arriver dans les 30 derniers mètres), que les faiblesses du Bayern.

    J’aurais aussi pu évoquer les difficultés du Bayern à remonter son bloc lorsqu’il était replié. Mais ça aurait fait trop long. Là aussi, l’absence de Ribéry a pesé (il ne rechigne jamais à un bon sprint pour faire reculer l’adversaire). Celle de Muller aussi. Je ne serais pas surpris que ce dernier joue le retour, si le Français manque toujours à l’appel.

  3. steph dit :

    Analyse très intéressante. Serait il possible d’avoir une analyse de la reprise en main du match par le Bayern et de changements apportés pour cela? Ce serait très intéressant aussi.

  4. sebtheouf dit :

    J’ai pas vraiment compris ton explication du pressing bavarois. Si je mets pause à 4:00 je vois l’ailier gauche complètement seul, alors que la balle est toujours de ce coté.

    Ya une subtilité que j’ai pas saisi la. Ou alors tu as mis l’attaquae en schéma pressing à gauche et la défense en position « dès que la balle part à l’autre aile »?

  5. Le pressing bavarois ? On bloque les solutions dans l’axe (les deux milieux sur les milieux). Les défenseurs d’Arsenal jouent sur un côté (ex : latéral gauche). L’ailier droit du Bayern ferme face au latéral gauche. Mandzukic ferme sur le stoppeur gauche. L’ailier gauche du Bayern rentre dans l’axe et bloque le stoppeur droit d’Arsenal. Du coup, le latéral droit d’Arsenal est libre. Objectif donc pour les Gunners, réussir à atteindre ce joueur le plus rapidement possible. C’est là qu’intervenait (notamment) Flamini.

    @steph : j’en parle déjà dans l’analyse écrite de la rencontre du retour du Bayern. Le rôle de Javi Martinez était très intéressant notamment, par ses courses sans ballon mais qui ont fait reculer le bloc d’Arsenal. A partir du moment où ils ont repoussé Arsenal dans leur camp, ils ont eu plus de facilités pour les bloquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *