Arsenal 5-2 Tottenham, l’analyse tactique

En perdition la semaine dernière, dominés par le Milan AC puis Sunderland, Arsenal s’est réveillé au bon moment : devant son public à l’occasion du North London Derby face à Tottenham. Pourtant ,tout avait très mal démarré pour les Gunners, menés 2-0 au sortir de la première demi-heure. Mais leur fond de jeu leur a finalement permis de reprendre le dessus pour dérouler 45 minutes de très haut niveau (de la 30ème à la 75ème) face à des Spurs complètement dépassés.

Les compositions :

– Pour une fois, Arsène Wenger peut compter sur sa défense-type : Sagna, Koscielny, Vermaelen et Gibbs sont là. Pour encadrer Van Persie, le technicien alsacien décide de faire confiance à Walcott à droite et Benayoun à gauche : Szczesny (13) – Sagna (2), Koscielny (6), Vermaelen (5), Gibbs (28) – Song (17), Arteta (8) – Walcott (14), Rosicky (7), Benayoun (30) – Van Persie (10).

– Du côté des Spurs, Harry Redknapp doit faire des choix importants. En attaque, il décide de laisser Van der Vaart, Defoe et Lennon sur le banc de touche. Saha et Kranjcar en profitent pour être les deux autres joueurs à vocation offensive aux côtés de Bale et Adebayor : Friedel (24) – Walker (28), Kaboul (4), King (26), Assou-Ekotto (32) – Kranjcar (17), Parker (8), Modric (14), Bale (3) – Adebayor (10), Saha (15).

La demi-heure des Spurs :

Au-delà de l’ouverture du score très rapide de Saha (4e), le début de la rencontre tourne à l’avantage des Spurs. Organisés en 4-4-2 en phase défensive, les joueurs de Harry Redknapp resserrent leur pressing autour des deux rampes de lancement d’Arsenal, Arteta et Song. Alors que Adebayor et Saha restent aux avants-postes, Bale et Kranjcar reviennent défendre dans l’axe pour gêner les deux milieux d’Arsenal, permettant ainsi à Parker et Modric de couvrir leur défense. Parfois, les rôles sont inversés et c’est l’un des milieux axiaux qui sort au pressing (Parker ou Modric), couvert par la présence dans l’axe d’un milieu excentré (Kranjcar la plupart du temps).

Ce travail est complété par le marquage de Robin Van Persie lorsqu’il décroche (par King ou Kaboul selon la zone) et des deux excentrés d’Arsenal (par les latéraux). Dans l’utilisation du ballon, deux possibilités pour les Spurs : les longs ballons à destination d’Adebayor qui s’excentre côté gauche pour les recevoir (le plus souvent venant de Assou-Ekotto) ou les remontées de balle via le milieu de terrain avec Kranjcar qui vient aider Modric et Parker. Les déplacements du Croate à l’intérieur du terrain obligent Arsenal à s’adapter. Rosicky recule pour soutenir Arteta et Song et des espaces s’ouvrent dans l’entrejeu pour les Spurs qui peuvent utiliser la largeur du terrain, par Bale ou Modric (voir ci-dessous) et le plus souvent à destination de Walker.

Légende : en noir les trois milieux d’Arsenal -Song, Rosicky et Arteta- ; en orange, les deux mileux excentrés de Tottenham -Bale et Kranjcar- ; en jaune les deux milieux axiaux des Spurs -Parker et Modric qui, depuis sa position reculée peut orienter le jeu entre les deux adversaires en haut de l’image pour alerter Walker (flèche rouge). Hors-champ, grâce au travail très resserré de leurs milieux, Saha et Adebayor peuvent rester devant et peser sur la défense adverse.

Son équipe étant malmenée par Arsenal dès qu’elle doit subir (voir l’explication par ailleurs), Harry Redknapp décide de changer son organisation au quart d’heure de jeu. Alors qu’il restait en pointe dans l’axe (Adebayor allant sur l’aile gauche pour demander les ballons), Saha redescend à hauteur de ses milieux de terrain pour travailler défensivement. Tottenham recule et adapte aussi ses plans de contre-attaque. Bale et Kranjcar permutent de manière à libérer le Gallois de la défense sur Sagna. Le Croate ferme bien face au Français et Bale peut faire parler sa vitesse sur les contres des Spurs, son pied gauche l’attirant naturellement dans l’axe. A la demi-heure de jeu, le coup est réussi pour Redknapp. Sur un appel de la droite vers l’intérieur et une splendide passe de Modric, Bale dépose tout le monde et obtient le penalty du break.

Rosicky, élément moteur du retour d’Arsenal :

Depuis le coup d’envoi, Rosicky multiplie les déplacements depuis sa position axiale vers les couloirs. En début de partie, il soulage ainsi Arteta et Song du pressing adverse, revenant à leur hauteur et créant une solution supplémentaire pour la relance des défenseurs (en jaune ci-dessous). Le Tchèque oriente ensuite le jeu sur les ailes (en orange) où il peut travailler avec les paires d’excentrés (Sagna-Walcott et Gibbs-Benayoun). Puis il suit les actions dans l’axe afin de proposer une nouvelle solution pour permettre de revenir au coeur du jeu entre les lignes des Spurs. Après avoir brisé le pressing adverse en créant le surnombre au milieu, il oblige ainsi les milieux adverses à suivre ses courses, faisant reculer le bloc de Tottenham et ouvrant ainsi la première moitié du camp adverse à ses partenaires (Arteta et Song) pour tenir le ballon.

C’est cette situation de domination, tant territoriale que dans la possession, qui pousse Redknapp à faire reculer Saha pour se positionner devant ses milieux de terrain. Avant ce changement tactique, Tottenham conservait deux joueurs dans le camp adverse pour menacer la couverture d’Arsenal. Préférant limiter les prises de risques, celle-ci s’est d’abord organisée autour de quatre joueurs : Song et Arteta devant Koscielny et Vermaelen (en blanc). Mais le recul de Tottenham a changé la donne : inutile de conserver un quatre contre un pour couvrir le seul Adebayor. Arsenal passe à une base de trois joueurs (en gris) et Arteta peut apporter une solution supplémentaire au travail de Rosicky dans les 30 derniers mètres adverses (en rouge).

L’animation d’Arsenal se résume alors par trois lignes dans l’axe. A l’arrière, Koscielny, Song et Vermaelen sont chargés d’éteindre Adebayor et de réussir la première relance dans le camp adverse. Ils atteignent alors Rosicky ou Arteta qui décident de l’orientation du jeu, alimentant Walcott ou Benayoun pour jouer des un-contre-un ou Van Persie pour des relais. Sur les côtés, les latéraux complètent le tableau en suivant les actions sur toute la hauteur du terrain. Les résultats ne tardent pas à venir. Sagna réduit le score sur une passe de Arteta, libre de tout marquage pour ajuster son centre. Et Van Persie profite de la présence autour de lui (Walcott, Benayoun et Rosicky) pour fixer la défense des Spurs et égaliser juste avant la mi-temps.

Le coaching manqué de Redknapp :

Au retour des vestiaires, Harry Redknapp tente d’inverser la tendance du dernier quart d’heure en faisant deux changements : Sandro remplace Kranjcar et Van der Vaart remplace Saha. En passant à trois milieux de terrain dans l’axe, le coach des Spurs espère régler les problèmes rencontrés en phase défensive. Avec un joueur en plus devant la défense, l’équipe devrait normalement conserver l’avantage numérique face aux montées de Rosicky et Arteta. Mais encore faudrait-il pour cela empêcher le jeu des Gunners d’accélérer à partir de la ligne médiane… Or, Adebayor, Van der Vaart et Bale sont aux abonnés absents au pressing. Censé apporter plus d’impact athlétique, Sandro passe complètement à côté de sa mi-temps et le milieu à trois de Tottenham ne parvient pas à prendre le contrôle du ballon.

Libéré sur l’aile droite, Rosicky est à l’origine et à la finition du but qui donne l’avantage à Arsenal. Comptant jusqu’ici sur Adebayor et les contres rapidement orchestrés autour de lui pour être dangereux, Tottenham ne peut plus s’appuyer sur le Togolais qui est dominé dans les duels. Les milieux de terrain (Sandro, Parker et Modric) doivent alors se découvrir et remonter les ballons jusque dans les 30 derniers mètres d’Arsenal. Conséquence, les Gunners multiplient les attaques rapides. Van Persie attire à lui les deux stoppeurs adverses avant d’offrir le 4-2 à Walcott. Le droitier ajoutera le cinquième quelques minutes plus tard, sur un service quatre étoiles de Song, là encore totalement libre de le lancer depuis une position excentrée côté droit à 40 mètres des buts de Friedel (même zone que Rosicky pour le 3-2).

Conclusion :

Malgré son très bon début de match au tableau d’affichage, Tottenham n’a jamais donné l’impression de maîtriser la partie. Arsenal a rapidement pris le milieu de terrain et le ballon pour ne plus le lâcher ensuite. Les Gunners ont ensuite dû attendre le recul du bloc de Tottenham pour envoyer un second milieu dans les 30 derniers mètres afin de multiplier les actions dangereuses. Revenus des vestiaires avec les mêmes intentions, ils ont rapidement pris l’avantage grâce à un créateur-finisseur avant de contrôler la partie depuis leur camp, explosant par attaques rapides grâce au retour en grâce de Walcott. Une victoire logique et qui demande désormais confirmation.

Rappel : l’analyse tactique du match aller où Tottenham l’avait emporté (2-1).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Alem dit :

    C’est vrai que Redknapp pouvait mieux faire sur ce coup (Van der vaart n’a pas été a la hauteur) Mais bon je dirait que le probléme c’est surtout au niveau de l’effectif , pas assez de présence physique au millieu , Adebayor Bale et VanderVaart qui ne presse pas … Une Défense trop lente … tout ca a pesé .
    Mais je suis heureux pour Arsenal qui a montré qu’elle etait une équipe avec qui il faut compter … (En attendant le retour face au Milan) .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *