Arsenal 3-0 Manchester City, l’analyse tactique

La saison de football anglais s’est ouverte ce week-end avec le traditionnel Community Shield entre les vainqueurs de la Cup et du championnat. Beaucoup plus en jambes que son adversaire du jour, Arsenal est sorti largement vainqueur de ce match. Auteurs d’une entame parfaite, les Gunners ont ensuite contrôlé la possession de balle des Skyblues, utilisant notamment la vitesse d’Alexis Sanchez pour faire la différence en contre-attaque.

Les compositions :

A une semaine de la reprise du championnat, Arsène Wenger est toujours privé de ses récents champions du monde (Özil et Mertesacker). Son onze de départ ressemble malgré tout au onze-type de la préparation, au vu des matchs disputés jusqu’ici. Encore à court de forme, Giroud est le seul absent important au coup d’envoi ; il est remplacé par Sanogo. Derrière et dans l’entrejeu, aucune surprise à signaler.

Côté Manchester City en revanche, c’est une équipe beaucoup plus remaniée qui se retrouve sur la pelouse de Wembley. Kompany, Fernandinho, Negredo sont en tribunes, en attendant l’officialisation de l’arrivée de Mangala. En l’absence de Zabaleta, c’est Clichy qui débute sur le côté droit de la défense. Meneur de jeu des Skyblues ces dernières saisons, Silva démarre lui sur le banc de touche. Jovetic, Dzeko, Nasri et Jesus Navas forment le quatuor offensif.

Arsenal supérieur dans l’entrejeu : 

Dans cette nouvelle bataille entre un 4-1-4-1 (Arsenal) et un 4-4-2 (City), c’est le premier système qui prend rapidement le dessus. Les Gunners profitent de leur surnombre au milieu de terrain pour aller mettre la pression sur la relance de leurs adversaires, et notamment sur Touré et Fernando, chargés de la transition dans l’axe. Couverts par Arteta, Wilshere et Ramsey sortent dans la moitié de terrain adverse. Sur les côtés, les latéraux serrent le marquage sur Jesus Navas et Nasri ; ils sont parfois secondés par Arteta lorsque ces derniers tentent d’offrir des solutions dans le coeur du jeu. Aux avants-postes, Jovetic et Dzeko sont introuvables, dominés dans le jeu long et trop loin des relanceurs pour offrir des solutions au sol.

Dès les premières secondes de la partie, les Gunners se mettent en ordre de marche.

Dès les premières secondes de la partie, les Gunners se mettent en ordre de marche. Fernando et Touré sont bloqués par Ramsey et Wilshere, qui comptent sur la présence d’Arteta en couverture. 

Manchester City se retrouve d’entrée dans une situation compliquée. Le pressing d’Arsenal les pousse à un jeu direct peu efficace. Seules des combinaisons rapides dans l’entrejeu, suivies par des projections de Touré, permettent de franchir le milieu de terrain. Les Gunners leur laissent aussi quelques ballons à exploiter en contre, mais leur bon repli leur permet d’éviter les mauvaises surprises.

Efficaces au pressing, les Londoniens prennent l’avantage au milieu de terrain. Face à la première ligne Jovetic-Dzeko, Arteta, Chambers et Koscielny bénéficient du soutien de Wilshere et Ramsey. Les deux milieux de terrain décrochent – à tour de rôle ou en même temps – afin d’accélérer la circulation de balle et de mettre les premiers Skyblues hors de position. Sortant parfois en pointe du pressing au milieu de terrain, Touré n’est d’aucune aide pour Jovetic et Dzeko. Résultat, les ballons rentrent très facilement dans la moitié de terrain des hommes de Pellegrini.

Alors que Jovetic et Dzeko font face à Arteta, Chambers et Koscielny, Ramsey décroche pour

Alors que Jovetic et Dzeko font face à Arteta, Chambers et Koscielny, Ramsey décroche pour participer à la circulation de balle. Touré le suit, mais ne parvient pas à le stopper. Intelligemment, Ramsey trouve Wilshere dans le rond central, qui va profiter de l’absence de Touré dans cette zone pour se mettre dans le sens du jeu.

City recule, Arsenal déroule : 

Ces premiers décalages dans leur bloc défensif poussent les Skyblues à reculer. Jovetic et Dzeko se replacent désormais aux abords de la ligne médiane, concentrant leur travail défensif sur Arteta et les décrochages des milieux d’Arsenal. La pression n’est toutefois pas très importante, et les Gunners continuent de faire circuler le ballon en s’appuyant sur leurs défenseurs. Wilshere profite lui de cette domination dans l’entrejeu pour évoluer plus haut et offrir des solutions entre les lignes adverses.

City plus bas, ce sont désormais les défenseurs centraux londoniens qui font les premières passes (Chambers notamment côté droit). Eliminant facilement la ligne Jovetic-Dzeko, ces transmissions recherchent les attaquants, qui repiquent dans l’axe afin d’offrir des solutions autour de la paire Touré-Fernando. Le jeu va ensuite sur les ailes, avec les montées de Debuchy et Gibbs, ou reste dans l’axe avec des combinaisons dans les petits espaces face à la défense Boyata-Nastasic.

sdf

Avec Jovetic et Dzeko dans l’axe, Arsenal peut s’appuyer sur Chambers pour effectuer les premières transmissions dans le camp adverse. Servi par Wilshere, repoussé par Touré, l’ancien défenseur de Southampton peut alerter Alexis. Une fois dans le dernier tiers du terrain, les Gunners peuvent s’appuyer sur Wilshere ou Ramsey pour donner les ballons (voir ci-dessous).

sfd

Juste avant le but, les Gunners entrent dans le dernier tiers du terrain par la gauche et ressortent dans l’axe sur Ramsey. Les deux lignes de quatre de City sont en place, mais le manque d’agressivité sur le porteur de balle permet au Gallois de trouver Sanogo dans la zone de Nastasic. Le Français sera vite soutenu par Wilshere puis Cazorla, qui finira le travail d’une frappe croisée.

City prend la balle, Arsenal en contre-attaque : 

Mené au score et dominé dans tous les compartiments du jeu, Manchester City se doit de réagir tactiquement. 4-4-2 oblige, cela passe par une plus grande prise de responsabilités de la part des milieux offensifs (Nasri, Jesus Navas) et de Jovetic. Jusqu’ici, les trois hommes étaient beaucoup trop éloignés de la relance pour être utiles. Personne ne semblait pouvoir endosser le rôle habituel de David Silva, toujours prêt à dézoner pour soulager la paire Fernando-Touré lorsque celle-ci se retrouve sous pression (ce qui était le cas).

Avec l’avantage au score, Arsenal relâche logiquement la pression, ce qui facilite la tâche des Skyblues désormais en possession du ballon. Nasri reprend le costume laissé par Silva lors de cette première mi-temps : depuis son couloir gauche, il décroche souvent afin de participer à la création avec Touré et, dans une moindre mesure, Fernando. Côté droit, Navas tente de mettre du rythme en jouant en remises mais Clichy ne peut l’accompagner efficacement, n’étant pas sur son bon pied.

Arsenal recule légèrement, ce qui permet à City

Après le but de Cazorla, Arsenal relâche son pressing. City approche enfin la ligne médiane et les excentrés entrent en scène. Nasri repique dans l’axe afin de « libérer » Fernando du pressing de Ramsey.

La plupart des mouvements dangereux viennent donc du côté gauche, où Kolarov fait plusieurs différences en un-contre-un face à Debuchy ou Chambers. Ces centres sont toutefois renvoyés par la défense londonienne. Dans l’axe, Dzeko et Jovetic peinent à exister, même si le Monténégrin est plus disponible entre les lignes adverses pour recevoir les transmissions de Nasri ou Touré. Malgré quelques situations chaudes dans sa surface, Arsenal conserve l’avantage… et fait mal en contre-attaque.

Les Gunners se montrent en effet très efficaces dans les sorties de balle. Wilshere et Ramsey ont souvent un temps d’avance sur le pressing des milieux adverses (Touré-Fernando), et les démarrages de Sanchez et Cazorla font ensuite la différence. Déjà défaillant la saison dernière, le repli de la paire Touré-Fernando laisse toujours à désirer. Sur son aile droite, Sanchez accélère le jeu des Gunners et cherche toujours à jouer vers l’avant. L’une de ses passes « risquées » lance Sanogo dans la surface adverse juste avant la mi-temps. Ramsey suit son attaquant et conclut (42e).

A l'origine du second but d'Arsenal, l

A l’origine du second but d’Arsenal, Fernando et Touré sont en retard sur la sortie de balle orchestrée par Wilshere (au sol). La vitesse de Sanchez et sa capacité à jouer vers l’avant permettent ensuite aux Gunners d’arriver très vite dans la surface adverse.

Deuxième mi-temps : 

Même si un trophée est en jeu, les deux équipes terminent aussi leur préparation avec ce match. Dès la mi-temps, Wenger en profite donc pour réaliser trois changements, histoire de gérer les différents niveaux de forme de ses joueurs : Giroud remplace Sanogo, Oxlade-Chamberlain remplace Sanchez et Monreal remplace Koscielny pour se positionner dans l’axe de la défense. Côté City, Pellegrini fait lui aussi un changement, qui sonne toutefois plus comme une réaction aux évènements de la première mi-temps : Silva entre à la place de Nasri.

Les Skyblues continuent de contrôler le ballon en début de deuxième mi-temps. Silva participe évidemment beaucoup plus à la création dans l’entrejeu, tandis que Kolarov continue ses déboulés dans le couloir gauche. Szczesny doit ainsi repousser une tentative de Jovetic (54e). Quelques minutes plus tard, Pellegrini bascule en 4-2-3-1 avec les entrées de Milner et Zuculini à la place de Dzeko et Yaya Touré (59e). Mais les Citizens n’ont le temps de se mettre en place : Giroud met un terme au suspense d’une superbe frappe des 25 mètres (61e). Le match est terminé, le succès d’Arsenal logique.

Conclusion : 

Si la victoire d’Arsenal est large, elle ne reflète certainement pas l’écart de niveau entre les deux formations cette saison. City est loin d’être prêt, comme en témoigne son onze de départ. Toutefois, les Skyblues ont affiché de vraies lacunes dans l’entrejeu (manque d’agressivité, repli défaillant). Fernando et Touré n’ont jamais semblé dans le rythme, peu soutenus il est vrai par leur quatuor offensif. Côté gunners, le milieu est déjà rôdé et le système de jeu n’a pas bougé malgré l’arrivée de Sanchez. Discret sur attaque placée hier, le Chilien a surtout brillé lorsqu’Arsenal a contré son adversaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *