Rennes : « Être plus dangereux »

Le Stade Rennais devrait normalement débuter la saison avec un nouveau système de jeu en 3-4-3. Exit le 4-2-3-1/4-3-3 utilisé par Philippe Montanier depuis son arrivée au club, les essais concluants effectués face à M’Gladbach et au Celtic ont poussé l’ancien coach de la Real Sociedad a bousculé ses habitudes… au moins pour débuter la saison en tout cas. Il a expliqué ce choix pour l’AFP :

« Ca nous a montré une certaine animation où on se sent costaud défensivement et capable de presser haut. (…) L’effectif a envie d’avoir une autre animation offensive. On a fini 17e attaque, donc on se dit bien sûr qu’il faut l’améliorer avec des nouveaux joueurs, mais peut-être aussi par une autre animation et je pense que ça peut nous aider à être plus dangereux et moins prévisible du fait qu’on change un peu de système. »

« Être plus dangereux », voilà le credo des Rennais au moment d’aborder l’exercice 2015-16 qu’ils vont débuter samedi soir à Bastia. Ci-dessous, quelques chiffres tirés de la dernière saison des Bretons, afin de constater le chemin qu’ils auront à parcourir pour s’en tirer avec un meilleur bilan offensif en mai prochain.

srfc

Une préparation basse :

– 21% des passes effectuées par les Rennais ont eu lieu dans leurs 30 mètres.
Derrière l’OM, le Stade Rennais était l’équipe qui passait le plus de temps dans son tiers défensif avec le ballon. Sylvain Armand et Mexer étaient les premiers passeurs (52,3 et 46 passes en moyenne par match la saison dernière), appliquant le souhait de Montanier de repartir court afin de construire les attaques de loin.

EQUIPE NOMBRE DE PASSES MOYENNE 1/3 DEFENSIF MOYENNE MILIEU MOYENNE 1/3 OFFENSIF
Lorient 453,8 69,8 256,5 127,5
Lille 454,4 75,3 253,5 125,6
Monaco 452,3 78,3 233,5 140,5
Bordeaux 447,8 76,1 245,8 125,9
Rennes 442,2 94,5 234,5 113,2
Marseille 440,1 98,7 219,2 122,1

Le problème des Bretons intervenait plus haut sur le terrain. A l’inverse de l’OM, dont la saison a été marquée par des transitions très rapides de la défense à l’attaque – la difficulté étant pour eux d’effectuer la première relance en 2015 -, les Rennais ont peiné dans ce secteur. Résultat, une construction basse et moins de passes effectuées dans le dernier tiers adverse par rapport aux autres équipes de Ligue 1 jouant dans la même catégorie (en terme de passes/match).

Trop peu de dribbles :

– 10,6 dribbles tentés par match, plus petit total en Ligue 1
Si la transition vers les buts adverses ne peut se faire rapidement et collectivement, l’équipe a besoin de joueurs capables de changer le rythme, par la passe ou par le dribble. Excepté Paul Georges N’tep, les Rennais n’ont que très peu provoqué en un-contre-un la saison dernière : avec ses 2,2 dribbles, le néo-international français est même le seul joueur rennais à avoir tenté plus d’un dribble par match.

Champ. Equipe Total (Dribbles/match) Manqués Réussis Taux de réussite Nombre de passes pour un dribble tenté Nombre de passes pour un dribble réussi
BUN Bayern Munich 27,6 11,3 16,3 59% 26,61 45,06
LIG Barcelona 26,2 12,4 13,8 53% 25,67 48,75
PL Arsenal 26,2 10,2 16 61% 20,52 33,61
SA Atalanta 11,1 4,4 6,7 60% 33,57 55,62
L1 Rennes 10,6 3,9 6,7 63% 41,81 66,14
PL West Bromwich Albion 10 3,8 6,2 62% 38,03 61,33

Un écart statistique qui explique la dépendance des Rennais envers leur ailier gauche  d’autant que derrière, les milieux n’ont pas particulièrement brillé par leur créativité (Abdoulaye Doucouré, seul joueur avec N’tep à être au-dessus d’une passe-clé/match). Un manque d’initiatives qui peut surprendre puisque les Rennais dribblaient peu, mais réussissaient souvent (plus petit nombre de dribbles tentés mais l’un des meilleurs taux de réussite en Ligue 1, au-delà des 60%).

Conséquence : peu de tirs et de décalages

– « 76 passes » pour un tir dans la surface : 
Une préparation basse et lente, moins de temps passé dans le tiers offensif, pas assez de changements de rythme, voilà la recette d’une attaque qui peine à déstabiliser les ses adversaires. 17e attaque de Ligue 1, Rennes peine à rentrer dans la surface adverse. Conséquence, moins de tirs en bonne position que les autres, et une attaque moins efficace au final.

Championnat Equipe Buts marqués Nombre de tirs (match) Nombre de tirs dans la surface/match Nombre de passes pour un tir dans la surface
L1 Marseille 76 15,2 9,5 46,3
L1 Monaco 51 11,9 7,7 58,7
L1 Bordeaux 47 12,8 7,5 59,7
L1 Lorient 44 12,8 7,3 62,2
L1 Lille 43 12,2 6,2 73,3
L1 Rennes 35 9,6 5,8 76,2

Tous ses chiffres seront évidemment à scruter de près dans les prochaines semaines alors que le Stade Rennais s’apprête à modifier son système de jeu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *