France 2-1 Serbie : Pogba, rôle identique, système différent

Vendredi soir, à l’issue d’une victoire poussive contre le Portugal, nombreuses avaient été les questions concernant le positionnement de Paul Pogba. Milieu de terrain le plus avancé du système de Didier Deschamps, positionné en soutien de Griezmann et Benzema, le joueur de la Juventus avait été l’un des symboles du manque d’inspiration de l’attaque française.

Sans le ballon : défendre en avançant 

Pourtant, le sélectionneur a réitéré l’expérience face à la Serbie. Face à la relance adverse, Pogba était en effet plus haut que ses partenaires du milieu de terrain. Parfois en position de deuxième attaquant derrière Giroud, il a joué haut afin de bloquer Nemanja Matic. Comme face au Portugal (Danilo), sa mission était de limiter l’influence de la plaque tournante adverse.

Evidemment, les différences se trouvaient dans l’organisation des Bleus autour de lui : au lieu d’être derrière deux attaquants, Pogba était cette fois encadré par Valbuena et Griezmann. En couverture, Schneiderlin et Matuidi évoluaient devant la défense dans des rôles qu’ils connaissent bien.

Face au Portugal, le repli de Paul Pogba permettait à l’équipe de passer d’un 4-4-2 losange (ou 4-1-3-2 pour reprendre les mots de Didier Deschamps) à un 4-4-2 à plat. Face à la Serbie, sur les rares longues phases de possession serbe, les Bleus ont alterné entre 4-2-3-1 (voire 4-4-2) en position haute et phases défensives en 4-5-1 ou 4-1-4-1.

pogba-haut

Pogba au pressing sur Nemanja Matic.

pogba4231

Le bloc français en position haute, en 4-2-3-1 avec Pogba en soutien de Giroud.

A noter que lorsque Matic monte d'un cran, Pogba suit le Serbe...

Matic monte d’un cran, Pogba suit le Serbe. Les Bleus s’appuient sur la réactivité de Schneiderlin pour déclencher le pressing sur le porteur.

Le système et les joueurs ont changé, mais le rôle défensif de Pogba est resté le même : grâce à son volume de courses, c’est lui qui devait permettre aux Bleus de changer de forme lorsqu’il s’agissait de presser ou de se replier.

Avec la balle : plus de verticalité 

Offensivement aussi, le Turinois est resté dans le même rôle. Un simple coup d’oeil aux « maps » de ses ballons touchés sur les deux matchs pour s’en rendre compte.

sdfsdfsdf

Les ballons touchés par Pogba face au Portugal (en bleu) et à la Serbie (en orange). A gauche, le nombre de ballons touchés dans sa moitié de terrain sur les deux matchs. A noter qu’il est sorti des deux rencontres avec exactement le même nombre de ballons touchés (85).

Pogba a néanmoins joué plus haut face à la Serbie. Et là encore, cela venait des partenaires qui l’entouraient. Positionné sur l’aile gauche, Valbuena a parfois pris sa place dans le rôle du milieu offensif chargé de décrocher. Au-delà de ce cas précis, Pogba (et le reste de l’équipe) a aussi grandement bénéficié de la prestation de Schneiderlin dans l’entrejeu.

A l’instar de ce qu’il avait montré en deuxième mi-temps à Lisbonne, le milieu de Manchester United a contribué à « verticaliser » la relance des Bleus. De quoi mettre Pogba dans des conditions bien plus « turinoises » : des quatre milieux d’Allegri la saison dernière, Pogba était celui qui touchait le moins de ballons au moment d’élaborer le jeu.

Schneiderlin et Valbuena ont eu un impact bien plus grand à ce niveau que Cabaye et Sissoko vendredi dernier. Cela s’est d’ailleurs aussi ressenti sur la performance de Matuidi : le Parisien a touché moins de ballons (45 contre 64), mais a pesé plus haut sur le terrain (comme il en a l’habitude avec le PSG), concrétisant sa prestation par deux buts.

pogba1

Dans le sens du jeu, Schneiderlin sert Griezmann, alors que Giroud embarque un défenseur central sur son décrochage.

pogba2

Griezmann se retourne et fait la différence techniquement. Il profite au passage de la course de Giroud pour dépasser le premier central serbe. La relance est passée et Pogba se retrouve dans une situation qu’il affectionne : face au jeu et lancé.

pogba3

Servi par Griezmann, deux options s’offrent à lui : le une-deux ou le décalage de Valbuena à sa gauche.

pogba4

Le Turinois opte pour le néo-Lyonnais, qui voit finalement sa frappe filer au-dessus du cadre.

Malgré des conditions plus favorables pour exprimer ses qualités, Pogba n’a toutefois pas eu le même rendement que le milieu parisien. Et pour cause, il ne démarre pas la saison sur les mêmes bases que ce dernier avec son club. Avec deux défaites au compteur, la Juve cherche encore son rythme de croisière et Pogba semble dans le même cas sur le plan individuel.

 

Son rendement « frustrant » durant cette trêve internationale dépend plus de son niveau actuel que de son positionnement. Il s’agira de suivre de près la prochaine série de matchs de l’équipe de France (Arménie et Angleterre) afin de voir si 1/Deschamps confirme ses choix de la rentrée et 2/si Pogba change d’envergure en phase offensive.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Ak dit :

    Enfin une analyse digne de ce nom! Cela change totalement des commentaires biaisés et tendancieux de tous ces pseudo journalistes sportifs!
    Merci car ça fait longtemps que je n’ai pas eu ce genre d’analyse… objective, poussée et clairvoyante.

  1. 8 septembre 2015

    […] France 2-1 Serbie : Pogba, rôle identique, système différent (Florent Toniutti, Les Chroniques Tactiques, 08/09/2015) : imagé, précis et concis. Juste ce qu’il faut. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *