Allemagne 4-0 Portugal, l’analyse tactique

Après l’Espagne écrasée par les Pays-Bas, c’est le Portugal qui a explosé ce lundi face à l’Allemagne lors du troisième choc de ce Mondial (avec Italie-Angleterre). Après une entame de match équilibrée, la Mannschaft a déroulé après avoir ouvert le score grâce à Muller. Menant 2-0 peu après la demi-heure de jeu, les Allemands ont ensuite profité de l’expulsion de Pepe avant la mi-temps pour s’offrir un deuxième acte facile.

L’heure n’était pourtant pas à l’optimisme côté allemand à la découverte des deux formations. Joachim Löw en a étonné plus d’un en présentant un 4-3-3 sans véritable avant-centre, Muller, Götze et Özil composant le trio d’attaque. Deuxième point à noter, la présence de Lahm dans l’entrejeu et l’absence de véritables latéraux puisque Höwedes et Boateng occupent les deux côtés de la défense. Côté portugais, Paulo Bento aligne lui une équipe sans véritable surprise : pas encore à 100%, Ronaldo est bien sur son aile gauche.

La disponibilité de Muller, les courses de Khedira : 

La grande question des premières minutes de jeu concerne l’animation allemande et le positionnement des trois attaquants. Annoncé faux n°9 avant le coup d’envoi, Götze évolue finalement sur l’aile gauche, laissant à Muller la pointe de l’attaque. Özil se retrouve à droite. Dans l’entrejeu, Kroos et Khedira encadrent Lahm, positionné devant la défense. Et ce sont eux qui sont pris en début de partie par deux premières lignes portugaises bien décidées à aller les chercher le plus haut possible.

Les milieux lusitaniens positionnent en effet leur ligne dans le camp allemand afin de couper les transmissions à destination de Khedira, Lahm ou Kroos. En pointe du pressing, Moutinho sort sur la même ligne que Hugo Almeida, tandis que Veloso – positionné devant la défense sur le papier – s’autoriser à sortir très loin de sa zone pour aller mettre la pression sur le porteur de balle adverse. Il se retrouve ainsi à l’origine de la première occasion du match (Ronaldo, 8e) en allant chiper le ballon dans les pieds de Lahm à 40 mètres des buts de Neuer.

Mais les Allemands trouvent vite la parade à ce positionnement haut des milieux portugais.Très libres dans leurs déplacements, Muller, Özil et Götze faussent compagnie aux défenseurs et se rendent disponibles sur les relances de leurs partenaires. Ils sont aidés à ce niveau par les courses de Khedira : ces montées soudaines perturbent le positionnement des milieux portugais et ouvrent des lignes de passes à ses partenaires.

Dans un deuxième temps, sa capacité à rester aux avants-postes permet à ses attaquants de dézoner. Muller profite ainsi de sa présence pour aller s’intercaler côté droit entre Ronaldo (face à Boateng) et Coentrao (face à Özil). L’action aboutissant au penalty transformé par Muller (11e) illustre parfaitement cette animation à 4 de l’attaque allemande (Özil, Götze, Muller + Khedira).

sdf

Au départ de l’action, Lahm profite d’un bloc portugais pas totalement en place (Hugo Almeida absent du premier rideau) pour effectuer la passe. Membre du triangle de l’entrejeu, Khedira est déjà positionné entre les lignes portugaises : son absence crée l’intervalle entre Meireles et Ronaldo dans lequel décroche Özil pour se rendre disponible. Le milieu d’Arsenal n’est pas suivi par Joao Pereira, qui voit Muller traîner dans sa zone en plus de l’arrivée prochaine de Khedira.

fdfdssfdfsd

Quelques secondes plus tard, le ballon est toujours dans les pieds d’Özil qui profite de la liberté laissée à Boateng dans son couloir pour s’appuyer sur lui. Devant, Khedira reste à hauteur de Muller et Götze, fixant ainsi la défense portugaise.

sdfsdfsdf

Au contact de Muller au départ de l’action dans son couloir, Coentrao tente de sortir au pressing sur Boateng, qui remet le ballon dans le périmètre de ses attaquants. Une sortie manquée qui force la défense portugaise à resserrer vers le couloir : Bruno Alves se retrouve le long de la ligne de touche avec Khedira. Muller évite lui Meireles et lance Özil dans l’intervalle entre les deux centraux adverses. Özil lui rend le ballon et il lance ensuite Götze dans l’espace entre Pepe et Joao Pereira.

Du 4-3-3 au 4-4-2 : 

A l’instar du Portugal avec Moutinho qui sort de son milieu de terrain pour épauler Hugo Almeida, l’Allemagne alterne entre 4-1-4-1 et 4-4-2 face à la relance portugaise. A tour de rôle, Khedira et Kroos sortent en pointe du pressing afin de soutenir les efforts de Muller. En début de partie, les Portugais tentent d’en profiter en s’intercalant dans les espaces qu’ils laissent dans leur dos, notamment côté droit où les ballons arrivent jusqu’au duo Nani-Joao Pereira.

Ronaldo rejoint alors Hugo Almeida en pointe afin de peser dans la surface adverse. Problème, les Portugais manquent clairement de justesse dans le dernier geste et les centres sont facilement renvoyés par la défense allemande, à l’aise dans les airs de Höwedes à Boateng en passant par Hummels et Mertesacker. La sortie sur blessure de Hugo Almeida (27e) met un premier coup aux ambitions offensives portugaises puisque son remplaçant Eder ne parvient pas à se mettre au niveau. Ronaldo devient le seul danger sur les centres, ce qui facilite encore un peu plus la tâche des défenseurs allemands.

Excepté sur du jeu rapide, les Portugais ne parviennent plus à déstabiliser le bloc allemand. En confiance, Khedira et Kroos mettent encore plus d’intensité dans leurs sorties au pressing. Dans l’autre sens, Muller ne lésine pas sur le travail défensif afin de perturber la circulation de balle adverse au milieu de terrain. Bref, l’Allemagne prend clairement l’ascendant à l’approche de la demi-heure de jeu, et le second but arrive rapidement sur corner pour confirmer cette montée en puissance (Hummels, 32e).

Du 4-1-4-1 au 4-4-2, Khedira répond au décrochage de Raul Meireles et rejoint Muller en première ligne. Derrière, Lahm doit compenser son absence et se positionner dans l'intervalle afin

Du 4-1-4-1 au 4-4-2, Khedira répond au décrochage de Raul Meireles et rejoint Muller en première ligne. Derrière, Lahm doit compenser son absence afin de couper la ligne de passe vers Ronaldo.

En phase défensive, les Allemands font tous les efforts. Le repli de Muller

En phase défensive, les Allemands font tous les efforts. Le repli de Muller aux abords du rond central force généralement l’adversaire à repasser par ses défenseurs. C’est alors que Khedira ou Kroos sorte de la deuxième ligne pour relancer le pressing et permettre la remontée du bloc au milieu de terrain.

Supériorité numérique : 

Cinq minutes plus tard, le match s’achève quasiment avec l’expulsion de Pepe suite à une altercation avec Muller (37e). Réduit à dix, le Portugal n’est plus en mesure d’avoir la moindre ambition. Après la pause, les hommes de Paulo Bento reviennent en 4-3-2 avec l’entrée en jeu de Ricardo Costa à la place de Miguel Velos (46e). Meireles passe devant la défense derrière un duo composé de Nani et Moutinho. Ronaldo et Eder évoluent ensemble devant, tandis que les couloirs sont laissés à Coentrao et Pereira.

Face à une Allemagne désormais dans la gestion de son avantage de trois buts (+1 pour Muller avant la mi-temps), les Portugais réussissent quelques mouvements intéressants, utilisant les appuis de Moutinho ou Ronaldo dans l’axe pour ouvrir ensuite vers les ailes et notamment les montées de Coentrao. En face, l’Allemagne répond par des attaques sur les ailes, Özil (à droite) et Götze (à gauche) se chargeant d’étirer la défense portugaise, forcément resserrée dans l’axe au contact de ses trois milieux de terrain.

A l’instar du 3ème but des Bleus face au Honduras, le 4ème but des Allemands est anecdotique même s’il permet à Muller de prendre seul la tête du classement des buteurs. Sans donner l’impression de forcer, l’Allemagne est ainsi venu à bout de son plus grand rival dans la course à la première place du groupe G. L’excellent niveau de forme de Khedira a transformé une équipe qui, à l’origine, aurait pu manquer de verticalité de part l’absence de véritables latéraux pour occuper les couloirs. Auteur d’une saison quasi-blanche avec le Real cette saison, le Madrilène pourrait bien être le facteur X de cette Mannschaft, contrainte de se passer de Reus et Gundogan.

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Staive dit :

    Les compos d’équipe sont fausses, ce sont deux équipes allemandes que tu as mis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *